À l’horizon se profile un autre “kasrol” avec les conclusions du rapport du Fact Finding Committee Aujayeb sur les salaires de Rs 323 000 de VIjaya Sumputh à la tête du Trust Fund for Specialised Medical Care et les conséquences au niveau du Conseil des ministres. Mais en parallèle, deux autres VVIP, « connected at the highest level » avec le gouvernement composé du MSM et du Muvman Liberater et des transfuges, en l’occurrence l’ex-vice-Premier ministre et président du MSM, Showkutally Soodhun, et l’ancien Chairman de la Gambling Regulatory Authority (GRA) et jusqu’à preuve du contraire le Legal Adviser de Pravind Jugnauth, Raouf Gulbul, continuent à animer Lakwizinn politique à l’Hôtel du gouvernement. Au point où d’aucuns affirment que malgré tout le spin doctoring politique possible, Lakwizinn sent encore le roussi. Certes, ces deux personnalités ont été forcées, chacune à sa façon, de prendre la porte de sortie. Mais les séquelles de leurs frasques sur le plan politique perdurent. Showkutally Soodhun, qui a adopté un low profile contrairement à ce qui est présenté comme une opération « passe sifon avek mop sal » pour son conseil légal, Raouf Gulbul devrait être propulsé sous les feux de la rampe avec la teneur explosive d’un affidavit juré vendredi dernier par Vivek Pursun, un des star witnesses dans l’enquête sur les propos relevant de la sédition instituée contre Showkutally Soodhun. Dans la conjoncture, une grosse difficulté surgit, dans la mesure où la police pourrait être amenée à enquêter sur la police, car une des parties impliquées dans ce qui s’apparente à un complot pour faire que le dénommé Vivek Pursun modifie sa déposition initiale en vue d’incriminer le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, est un haut gradé de la police affecté Casernes centrales.