Devant un constat unanime de « l’implosion imminente du capitalisme », la cinquantaine de participants aux deux jours de réflexion dans le cadre de l’« Eta de lye » organisé hier et avant-hier par Lalit, à son siège à GRNO, a identifié pas moins d’une dizaine de « terrains de lutte émergents » pour élaborer une alternative à ce système en décrépitude. Selon les intervenants, cette « implosion imminente du système capitaliste » est marquée notamment par la crise écologique, la faillite des partis politiques traditionnels et la crise économique mondiale, entre autres.
À la session d’ouverture, présidée par Rajni Lallah, Lindsey Collen a argué que la reprise de la crise économique mondiale, l’imminence d’un désastre écologique, avec l’éventualité d’un changement climatique irréversible et la faillite des partis politiques traditionnels, entre autres, témoignent de « l’implosion imminente du système capitaliste ». « Le 250 ans de système capitaliste, lor le 100 000 an ki limanité ekziste, finn fer piaz boul later ! », s’est-elle écriée. « Bann siantifik finn idantifie nef sey kritik ki menas la sirvi de limanite », ajoute-t-elle.
D’où la nécessité, selon l’intervenante, de remettre en cause le système entier et de se préparer à une alternative. « Fode pa nou azir par dezespwar, car ena alor enn menas de la monte du fascisme, kouma lor de la Grande Dépression. Nou bizin azir gras a enn refleksion lor la realite ki nou tou partaze. Se la rezon ki fer nou la zordi ».
Suite aux discussions qui ont eu cours durant ces deux jours, Ram Seegobin a identifié les « terrains de lutte émergents » sur lesquels un système alternatif devrait, selon lui, être bâti. Parmi, la sécurité alimentaire, l’économie alternative, l’environnement et l’écologie, les syndicats et le monde du travail, l’éducation, la santé, le logement. « Tou sa bann issue-la, bizin analiz zot dan perspektiv de la remiz en koz du sistem an zeneral, sinon nou tourn en rond », dit-il.
Dans ce contexte, a poursuivi Lindsey Collen, Lalit a rallié autour de certains thèmes le consensus de très nombreuses organisations sociales et syndicales. Elle a cité, entre autres, La Sart Fron Komin Sekirite Alimanter à laquelle ont déjà adhéré pas moins d’une dizaine d’organisations. Il en est de même sur la stratégie à adopter vis-à-vis du VIH/sida. « Devant l’implosion du système, il est important d’être prêt pour présenter une alternative crédible à laquelle les gens pourront adhérer », dit-elle.
Attentes
Suite à cet « Eta de lye », Lalit se propose d’animer à travers le pays des réunions pour conscientiser les Mauriciens sur la nécessité d’adhérer à une mobilisation visant au remplacement du présent système par un système socialiste, ont fait comprendre les animateurs.
La matinée de la première journée, mardi, a été consacrée à une évaluation critique de l’émergence, de l’évolution et la déviation des partis politiques traditionnels à Maurice. L’avocat Jean-Claude Bibi a élaboré sur le thème « Parti Travayis & MMM : Zenez & trazektwar de parti ne dan klas travayer ». Alain Ah-Vee, lui, a parlé sur « PMSD ek MSM : Zenez & trazektwar de parti ne dan lezot klas ».
Diagramme à l’appui, Ram Seegobin a expliqué l’émergence de ces trentaines de partis politiques qui ont été fondés et dissous de l’indépendance à nos jours. Parmi, IFB, CAM-PIM, OPR, M. Rodrigues, FPR, PSM-Boodhoo, RPL, Lalit Travayer, OMT-FNAS, GMR, KES, RMM, MTD, MSD, MMSM, FMP, PMT, MPM-Bizlall, UDM, Nouvo Lizour, OF/Les Verts/FTS, R & A/Blok 104, MR-Rama Valayden, Hizbullah-FSM, MAM, PAL.
Dans l’après-midi, les intervenants ont parlé sur la « Fayit politik pou enn lekonomi alternativ » (Rada Kistnasamy) ; la « Fayit analiz problem Ekolozi/lenerzi » (Emilie) ; la « Fayit enn plan rasyonel lor ladrog & adiksion » (Imran Dhanoo et Ally Lazer du Centre Idrice Goomany) ; et la « Fayit stratezi ferm baz Diego, ek reinifie Repiblik » (Kisna Kistnasamy). Alain M. a lui élaboré sur la « Fayit sistem ledikasion e politik langaz ».
Par la suite, Reeaz Chuttoo, de la Confédération des Travailleurs du Secteur Prive (CTSP) et Rajni Lallah, du Muvman Liberasyon Fam, sont venus expliquer ce que leurs organisations respectives attendent d’un parti politique.
La journée de mercredi a été marquée par l’intervention de Ram Seegobin sur le thème « Program politik ek program de lit emerzan, mobilizasyon ». Il y a eu ensuite un « brainstorming lor kimanier popilariz program de lit. Eski li diferan dan diferan moman ? Konsep enn downturn ? Eski nou mobilize atraver lorganizasyon oubyin individi atomize ? ». A suivi une « Planifikasion sesion mobilizasion otour program deza emerzan ».