Intervenant hier dans le débat sur la réforme électorale, lors d’une rencontre avec la presse à leur siège à Grande-Rivière-Nord-Ouest, les principaux animateurs de Lalit ont commenté le récent rapport de Rama Sithanen. Selon le parti, ce rapport est « ase eklere ». Auparavant, Ram Seegobin avait fait l’historique des tentatives de réformes électorales à Maurice et de l’implication de son parti dans ce débat depuis le début des années 1980 à ce jour.
« Malgre ki Rama Sithanen pa get kestyon aprofondisman demokrasi, li finn prodir enn rapor ki dan Lalit nu truv ase eklere ! » a d’emblée déclaré Rajni Lallah, porte-parole de Lalit sur la question de la réforme électorale. Elle était entourée de Ram Seegobin, Rada Kistnasamy, Lindsey Collen, Seetressen Murday, Alain Ah-Vee et Roland Boussac. « Me dan kad pli sere ki Rapor Sithanen finn bizin opere, nu konstate ki li ena buku propozisyon ki resanble propozisyon Lalit », a-t-elle précisé.
En quoi le Rapport Sithanen est-elle éclairé ?
D’abord l’ancien ministre des Finances propose de maintenir le système de 20 circonscriptions, des élus selon la méthode « First-Past-the-Post » et deux députés pour Rodrigues. Si Rajni Lallah se dit d’accord avec cette proposition, elle ajoute que Lalit va plus loin. « Nu dakor avek sa kalite sistem la, setadir kot ena depite atase ar sirkonskripsyon, me nu propoze ki ena 4 depite par sirkonskripsyon, 3 depite Rodrig ek enn Chagos sinbolikman ziska li vinn vre », élabore-t-elle.
« Nu osi propoz parey kuma Sithanen 20 depite lor enn lalist parti, enn lalist bloke ek an-ord », avance Rajni Lallah. Toutefois, Lalit préconise que les 20 députés sur la liste du parti sont celles qui ont brigué les suffrages dans une circonscription. « Ainsi, ces députés seront redevables envers les mandants d’une circonscription au lieu de l’être envers un quelconque leader ! » précise-t-elle.
De même, Lalit trouve « ase bon » le raisonnement de Rama Sithanen sur la question de la représentativité des femmes. « Li pa propoz enn lalwa ki inpoz tan kantite, li pa propoz enn kota legal. Li truv li enn responsabilite, enn pakt, ant bann parti. Nu truv sa enn bon zafer. Nu osi, nu pa dakor, ek kota dan kad lalwa, pu fam. »
De même, le point de vue de l’ancien ministre des Finances sur le Best Loser System n’est pas pour déplaire à Lalit, selon son porte-parole. « Nu osi truve ki lapros Rama Sithanen, kot li get best loser dan enn fason kot so rezon det kapav “subsume” dan Reprezantasyon Proporsyonel. Li enn bon lapros. Alor, seki li propoze li ase interesan, malgre li minimalist », ajoute-t-elle. Elle dit souhaiter voir un débat plus large, dans ce contexte, sur l’approfondissement de la démocratie à Mauirce. « Nu dir sa, nu konsyan ki li inportan, anmemtan, pu ena enn mobilizasyon pu amenn sa kalite reform la dan enn bon direksyon. Nu deza angaze pandan buku lane pu amenn sa mobilizasyon. E nu pe e pu kontiyn fer li », promet-elle.
Lors de la première partie de cette rencontre avec la presse, Ram Seegobin a fait l’historique des diverses tentatives de réformes électorales à Maurice et de l’implication de son parti dans ce débat depuis le début des années 1980 à ce jour. Après son analyse, il est parvenu à la conclusion que le récent débat sur la réforme électorale est dominé par « des réactions émotionnelles et irrationnelles ». « Kot nu finn arive asterla, ni PTr ni MMM, pa finn pran okenn linsyativ pu lans enn veritab deba nasyonal lor nesesite aprofondi demokrasi », a-t-il déploré.