L’ambiance de fête qui régnait pour le premier congrès de l’alliance PTr-MMM, après le dévoilement de la liste des candidatures, hier soir au Keats College au N°14, « est une preuve que l’on démarre sur des chapeaux de roue ». C’est ce qu’estime le leader du MMM, qui n’a pas manqué, tout comme le Premier ministre, de saluer l’assistance de la circonscription Savanne/Rivière Noire pour son soutien « à notre vision de transformer l’île Maurice en un pays moderne ». Or, parallèlement, disent-ils, leurs adversaires tentent de créer la confusion et de créer la peur face à la proposition d’une IIe République. « Mé fodé pa ou per. Ou bizin servi ou l’espri ek get ou lavénir », ont-ils déclaré aux partisans du N°14, à qui les trois candidats de la circonscription ont été présentés.
Pour Paul Bérenger, avec la liste des 60 candidats présentées par l’alliance PTr-MMM hier, il est évident que « éna fizib finn soté lot koté », qualifiant l’allégresse démontrée par la circonscription N°14 hier soir de « démaraz sok ». Commentant cette liste « canon » de candidats, le leader du MMM est revenu sur certains noms, dont celui du nouveau venu dans la circonscription N°14, Ezra Jhuboo. « Alan Ganoo n’a pas besoin d’être présenté, c’est un vétéran. Joe Lesjongard non plus. Il est connu pour avoir servi le N°4 et, déjà, il a été adopté par le N°14 ki finn fini vinn so nik. Par contre, zot éna enn kandida seryé net, enn zénes ki finn donn zot, ki éna boukou compétence », dit-il.
Présentant ainsi Ezra Jhuboo au N°14, Paul Bérenger, qui cite aussi son fils Emmanuel, a rappelé que « nou, dimé, nou pou népli la. C’est la jeunesse, la jeunesse qui, aujourd’hui, a la quarantaine qui prendra le flambeau. C’est cette jeunesse, comme Ezra Jhuboo, qui représente l’avenir du pays ». Il a aussi tenu a remercié « les candidats qui n’ont pas obtenu d’investitures mais qui continuent à servir ». Et de faire remarquer que, « de l’autre côté, c’est la pagaille. Tou lé zour sanzma ». Si bien que Paul Bérenger se dit « attristé qu’avec ce qui se passe et ce qui se passera de l’autre côté, Ivan Collendavelloo va finir sa carrière dans la honte ».
Le leader des mauves a profité de l’occasion pour mettre en garde contre le langage utilisé par ses adversaires pour créer la confusion. Selon lui, « pé rod fer per. Pé rod sem le doute. Mais fodé pa ou per réforme électorale ek II République. Servi ou l’espri ». L’alliance PTr-MMM souhaite apporter un renouveau pour le pays, dit-il, expliquant les objectifs derrière la réforme électorale et la IIe République envisagées. Selon le leader du MMM, ni lui ni Navin Ramgoolam n’ont besoin d’être Premier ministre. « Mais nous avons une vision pour le pays. C’est pourquoi nous sommes devant vous aujourd’hui », dit-il. Demandant aux partisans de l’alliance PTr-MMM de « voter bloc et de se débarrasser de la député Maya Hanoomanjee principalement car les autres sont insignifiants, voire inexistants », Paul Bérenger n’a pas manqué de rappeler à l’assistance « kouma SAJ finn tret sertenn kominoté ».
Le leader du PTr a abondé dans le même sens, rappelant les propos de SAJ contre différentes communauté dans le temps. « Nous avons eu quatre Premiers ministres à Maurice. SSR, SAJ, Paul Bérenger et moi. Jamais SSR, ni Paul Bérenger ni moi, n’avons maltraité une quelconque communauté », soutient-il. Le PM est également revenu sur l’affaire MedPoint, faisant par la même occasion, outre le procès de SAJ et de Pravind Jugnauth, celui de Maya Hanoomanjee. Mettant en garde l’assistance contre « le vote de sympathie qu’elle viendra vous demander », Navin Ramgoolam a demandé aux partisans de l’alliance PTr-MMM de ne pas tomber dans le piège.
Citant ses adversaires qui font croire, selon lui, qu’avec l’arrivée du métro léger à Maurice les personnes âgées et les étudiants n’auront plus accès au transport gratuit, Navin Ramgoolam a donné la garantie que « zamé mo pa pou tir sa. Mo dir zot (NRLD : ses adversaires) al mars-marsé ».
Cependant, prévient le PM, le PTr-MMM, qui dispose d’une équipe compétente, compte mener à bien l’économie du pays. « Fodé éna lamoné pou nou kapav partagé », dit-il, faisant une liste de certains projets, dont la création d’emplois et la formation que souhaite entreprendre son prochain gouvernement.
D’où les compétences recherchées, dit-il, pour cette équipe de choc de 60 candidats présentés hier matin. Et parmi, de nombreux jeunes, dit-il, dont Ezra Jhuboo. Comme le leader du MMM, Navin Ramgoolam a également tenu à expliquer l’équilibre recherché entre la présidence et le poste de Premier ministre, indiquant que « c’est une deuxième chance pour le pays ». Affirmant savoir que c’est un 60/0 qui attend l’alliance PTr-MMM, le leader du PTr dit cependant que « une élection n’est jamais gagnée d’avance, car il y a des gens qui font de la propagande ». C’est dans cette optique qu’il demande à la population de ne pas accorder de vote de sympathie « à ces gens-là ».
Alan Ganoo, qui présidait le congrès PTr-MMM dans son fief, où il sera pour la 9e fois candidat, a d’emblée laissé entendre à l’assistance que « nou finn vinn pou donn explications. Mais l’ambiance ki éna zordi koumadir pé kas bwat zour rézilta ». Selon lui, la foule réunie est une preuve que les militants et les travaillistes sont sur la même longueur d’onde. « Dans 30 jours, nous allons prendre le pouvoir », devait-il affirmer, lançant un défi à la candidate de l’Alliance Lepep Maya Hanoomanjee de réunir autant de personnes pour un congrès.
Présenté également comme un vétéran et un député qui a toujours prôné une politique de proximité, Joe Lesjongard, qui migre de la circonscription N°4 au N°14, s’est dit très heureux d’avoir atterri chez des « bon dimounn ». Il a expliqué que lorsque le leader du MMM lui a demandé de venir au N°14, il était très triste. « Mais aujourd’hui je suis heureux d’être là, parce que je me sens bien ». Il les a assurés de son soutien et du sérieux avec lequel ses colistiers et lui oeuvreront pour l’avancement de Savanne/Rivière Noire. Cependant, dit-il, s’il est certain que les résultats des élections au N°14 seront un 3-0 inévitable, il rappelle aux partisans que « destin ou péi dan ou lamé. Sé ou ki désidé sak 5 an kisannla ou lé servi ou ».
Le troisième candidat, Ezra Jhuboo, présenté, lui, comme « l’avenir du pays », s’est attardé sur son profil et ses réalisations, principalement au niveau du village de Tamarin, transformé aujourd’hui en une ville touristique. Expliquant qu’il y avait une très faible probabilité qu’il fasse un jour de la politique à ce niveau, Ezra Jhuboo a fait ressortir qu’il a servi en tant que conseiller de district et se dit « heureux de la confiance que le PM me fait en me donnant une investiture au N°14 ». Il demande à l’électorat de lui accorder son soutien pour qu’il puisse, avec ses deux autres colistiers, réaliser davantage pour la circonscription.