Lutter prioritairement contre la pauvreté et le gaspillage, introduire un minimum vital, réduire le nombre et les salaires des ministres et députés de 25 %, interdire les privilèges hors taxe pour l’achat des voitures, promouvoir une culture de transparence et d’accountability, donner le droit de vote aux Mauriciens vivant à l’étranger, zéro tolérance à la corruption sont, entre autres, les éléments du programme de Muvman Liberater. Ce nouveau parti politique, qui se propose d’oeuvrer selon « une gouvernance basée sur l’éthique et sur l’humain », a été lancé samedi à l’hôtel Le Labourdonnais à Port-Louis.
« La soz lapli urgent kuma nou pran pouwvar, ce eliminn la povrete. Li pa possib ki dan Moris ena 200 000 dimounn ki napa manz a zot faim ! Ki napa ena enn lozma decen, alor ki nou permet nou depans par milliards dan bann prozet ki napa amenn narien a bann dimounn mizer ! » s’est indigné Ivan Collendavelloo samedi, alors qu’il présentait à la presse les membres de son nouveau parti politique, “Muvman Liberater”, à l’hôtel Le Labourdonnais, à Port-Louis. Il était entouré, entre autres, de Sheila Bunwaree, Anil Gayan, Ravi Ratnah, Eddy Boisezon, ainsi qu’une bonne trentaine de jeunes.
Selon Ivan Collendavelloo, Muvman Liberater se propose de « libérer » Maurice de tous ces fléaux qui l’affligent. « Muvman Liberater pou liber Moris de la dictatir ek de la miser et de tou sa bann move kiksoz ki pe ronz nu pei, c’est-à-dire le favoritisme, le népotisme, le fet ki bann zenn na pa gagne travay malgre zot diplom… »
L’initiateur du nouveau parti politique n’a pas manqué d’évoquer les raisons qui l’ont poussé à démissionner du MMM. « Mo finn exprim mo dezakor kan pou finn aprann ki finn fini ena enn lalians Ptr-MMM depi zanvier… Sel kiksos ki ti reste se kuma manipile lopinyon piblik pou fer li aksepte linakseptab ! » a-t-il élaboré. Parlant de la création du Muvema Liberater, Ivan Collendavelloo explique que c’est Anil Gayan qui est venu le rencontrer en premier et qui lui a dit qu’il « faut faire quelque chose pour sauver le pays ».
« Mo finn aussi gagne enormeman de messaz de soutien, sirtout de bann zen… La zeness finn plin ar politicien, me zot pas finn degoute de la politique ! » a-t-il nuancé. « Finn ena le cri de detress de bann zen lor Facebook et se bann zenn ki finn kree le parti, ek se la zeness ki donn nou lafors ek kuraz pou cree sa mouveman la », a-t-il ajouté. L’orateur n’a pas non plus manqué de lancer une pique à son ancien leader, Paul Bérenger : « Pei paralyse, Parlma ferme… Mais leader de l’opposition inn decide pou pas fer l’opposition, li pa le ced so place, li koz kuma gouvernma mais, en même temps, li kontinie garde le tit ek les gro privilez de so fonction de leader de l’opposition ! » a-t-il déploré.
Ivan Collendavelloo a ensuite présenté l’universitaire Sheila Bunwaree comme la Présidente du parti et la rédactrice du programme du parti (voir encadré). Sheila Bunwaree a d’emblée affirmé que Maurice « va mal, parski le pei est san vision, san direksyon et san gestion ». Elle a exhorté un changement dans la façon de faire de la politique. « Nou fason fer politique pou baze lor enn gouvernance centre lors l’éthique ek lors l’humain », a-t-elle expliqué. « Zeness inn degoute ek malpropte bann politicien… Zott derriere nou, parski zot finn trouve avek Muvema Liberater enn nouvel vision et enn l’occasion pour amene enn gran transformation de nou societe ! », a-t-elle ajouté avant de poursuivre sur les grands principes du parti (voir encadré).
Anil Gayan a également pris la parole et a évoqué, entre autres, son passé de politicien au sein des divers partis politiques auxquels il a adhéré.