Les dirigeants de la Tamil Shanda Counananda Shabay (TSCS), une association à vocation sociale, culturelle et religieuse, située à l’avenue John Kennedy, Vacoas, qui a passé le cap de ses 85 ans d’existence en avril dernier, ont été sans doute bien inspirés à faire publier un ouvrage (82 pages) retraçant l’histoire, à la fois riche et remuante, de cette association. D’autant que le siège de la TSCS a été la proie des flammes qui ont réduit à néant ses archives en deux occasions, en 1928, année où l’association a été fondée, et en 2010. Le premier incendie relève d’un acte criminel, par contre, le second, bien que suspect, n’a pas été déclaré comme tel des services de police.
Avec le lancement de l’ouvrage par le président de la République Kailash Purryag, en la présence des édiles nationaux et régionaux, dont Sheila Bappoo, ministre de la Sécurité sociale, de la Solidarité nationale et des Institutions réformatrices, Stéphanie Anquetil, membre de l’Assemblée nationale, Menon Yetty, maire de Vacoas-Phoenix, Tangavel Thodda, conseiller municipal, des dirigeants et membres de l’association ainsi que de nombreux invités, la TSCS dispose désormais d’un document qui pérennise l’histoire de l’association et en assure sa transmission à la postérité. Il faut dire que la production de ce document n’a guère été facile en l’absence d’archives qui sont parties en fumée, et ce n’est pas Moonien Ragaven, président du sous-comité qui a dirigé les travaux de collecte de données pour la publication, qui nous dira le contraire.
Il n’y a pas de doute que l’équipe derrière l’ouvrage en question a fait du beau travail quand on sait que, suivant l’adage bien connu, « les paroles s’envolent, les écrits restent ». De cette manière, avec l’ouvrage « History of Tamil Shanda Counananda Shabay » distribué durant la cérémonie de lancement et placé dans de nombreux foyers, la TSCS n’a pas à craindre même si un nouvel incendie devait sévir, sa mémoire étant désormais sauve dans un document qui a su et a pu grandement reconstituer l’histoire épique d’une des plus anciennes institutions culturelles tamoules de Vacoas-Phoenix.
Une cérémonie faisant la part belle à la mémoire
La cérémonie de lancement, qui a débuté avec l’hymne national et le Tamiz Vaaztu, a été honorée par la présence de plusieurs membres de la famille de l’icône de la lutte syndicale à Maurice, Anjalay Coopen (dont deux cousins, Moonien et Munisamy, ont été membres de la TSCS dans le temps), menés par Satyanen Coopen, du président du Belle-Vue Harel Murugan Udaya Kovil (ce temple a été fréquenté par Anjalay Coopen), Shivaji Ganeshan, et Batmavadee Tirvengadum, née Vardin, fille du père fondateur de la TSCS, Mootoosamy (Armon) Vardin. Des exemplaires de l’ouvrage ont été offerts à ces invités spéciaux. Mais il semblerait que le comité organisateur a oublié la présence dans la salle de Retnambal Ragavoodoo (née Paratian), petite-fille de Veerapin Paratian, un des membres fondateurs, un bienfaiteur et un ancien président de la TSCS.
En fait, Veerapin Paratian a présidé à la destinée de la TSCS de 1930 à 1936, son illustre prédécesseur et premier président de l’association étant Kisnasamy Perumal qui a rempli cette fonction de 1928 à 1930. C’est ce dernier qui, faisant valoir son érudition en langue tamoule, a trouvé le beau nom, plein de poésie, donné à l’association : « Shanda Counananda Shabay », qui signifie en anglais « sweet, peaceful and beautiful society ». Après Veerapin Paratian, ses deux fils, Goinsamy et Marimuthu, ont été nommés à la présidence de la TSCS, le premier pour la période 1936 à 1939, le second pour la période 1939 à 1943. Ce qui fait que les Paratian (soit dit en passant, Veerapin Paratian, entrepreneur de travaux et grand propriétaire immobilier, a consenti en novembre 1930, un prêt à la TSCS pour l’achat du terrain où se trouve le siège de l’association) ont occupé la présidence de l’association durant treize ans consécutifs.
En début de cérémonie, l’allumage traditionnel des lampes, suivi d’un chant dévotionnel, a été effectué par des membres de la Madar Sangam, l’aile féminine de l’association. Le discours de bienvenue a été prononcé par Anand Murden, président de l’association, suivi d’un numéro de danse classique fort apprécié, présenté par les élèves de la Vahini School of Dance sous la direction de Satyavanee Balloonuck. Une belle entrée en matière pour le discours passionnant et passionné du président du sous-comité qui a travaillé sur l’ouvrage « History of Tamil Shanda Counananda Shabay ». Lui ont succédé, le Dr Jeevendiram Chemmen, président de la Tamil Speaking Union, Coomaren Veeren, président du Tamil Cultural Centre Trust et Menon Murday, président de la Mauritius Tamil Temples Federation qui ont, chacun à sa manière, fait les éloges de l’association qui a oeuvré pour l’émancipation sociale et culturelle de ses membres tout en surmontant, lorsqu’il le fallait, les mauvais coups du sort.
Deux autres numéros, un chant interprété par Indiren Mooneesamy et Batmavadee Tirvengadum et une danse par les élèves de la Vahinmi School of Dance, ont agrémenté la cérémonie en fin de programme.
Le déroulement de la cérémonie a été assuré avec brio par Vanida Ramen, petite-fille du père fondateur de la TSCS, et de Sidambaram Permal qui ont fait office de maîtres de cérémonie.