• La FTU et la FCSOU dénoncent conjointement des licenciements « injustifiés » et fustigent Naila Hanoomanjee

La Fédération des travailleurs unis (FTU) et la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) réclament la révocation des membres de Landscope, ainsi que de sa Chief Executive, Naila Hanoomanjee. Selon Atma Shanto et Narendranath Gopee, il existe une « situation malsaine » dans cette compagnie gérée par l’État et le licenciement de deux General Workers « sans raison valable en est la preuve ». Ils demandent ainsi au Premier ministre d’agir « avant qu’il ne soit trop tard ».

Ces deux licenciés, font ressortir les syndicalistes, sont « dans une situation très fragile » et l’un d’eux « a même tenté de commettre l’irréparable ». S’appuyant sur le récent cas survenu au sein de la force policière, où un membre de la Special Supporting Unit (SSU) a mis fi n à ses jours, ils demandent de ne pas négliger les pressions que subissent les employés sur leur lieu de travail. « Ces deux personnes – un homme et une femme – ont été mises à la porte pour des raisons sans fondement. L’un pour absentéisme et l’autre pour retard au travail. Mais il faut aller dans le fond pour savoir quels sont les vrais problèmes auxquels ces personnes ont eu à faire face, au lieu d’appliquer de telles sanctions. »

A lire dans l’édition du Mauricien du 17 septembre.