Jagdish Goburdhun, le président de la Indian Diaspora and World Bhojpuri Centre a loué « le courage et la détermination » du PM, Navin Ramgoolam pour avoir donné au bhojpuri ses lettres de noblesse à travers une décision prise le 14 juin 2011 à l’Assemblée nationale pour rendre cette langue plus accessible et sur le pied d’égalité que le français, l’anglais et les autres langues orientales. Le bhojpuri est désormais reconnu comme une langue maternelle et à travers cette décision, une injustice a été corrigée et le bhojpuri pourra maintenant être enseigné dans les écoles, dit Jagdish Goburdhun. Il affirme que « aukène religion pas pli fort qui ène langue et c’est la religion qui apporte la division, pas ène langue ».
La Indian Diaspora and World Bhojpuri Centre dit présenter un bilan positif après six années d’existence. Les délégués ont participé à trois conférences en Inde. Jagdish Goburdhun a participé à un bhojpuri Yatra en janvier dernier. En juin, les délégués se sont rendus en Afrique du Sud pour promouvoir le bhojpuri car « c’est encore une langue taboo dans ce pays ». Le président a eu aussi des discussions avec le professeur Rambilas, le directeur de la West Ville Hindi School, le Dr Anand Singh, Usha Sukla, Vinod Sandesh et Rajish Lutchmun de la Aryan Benevolent Home Council.
En Inde, Jagdish Goburdhun a présenté un ouvrage à Sonia Gandhi et Sarad Pawar. Il a aussi fait une demande pour un terrain de deux arpents à La Vigie sur lequel une statue de 108 pieds de haut de Maa Bhojpuri serait construite.