Après avoir remporté en 2004 l’UNESCO World Literacy Prize, Ledikasyon Pu Travayer (LPT) se distingue une nouvelle fois au niveau international en remportant le Linguapax International Award. Encouragés par cette nouvelle récompense, les animateurs de LPT reviennent à la charge avec leur requête pour l’introduction du kreol morisien au Parlement et remettront à jour les demandes officielles faites depuis plus d’une année aux autorités concernées. « Nepli ena preteks pou ki anpes kreol rant dan parlman », affirme Alain Ah-Vee en cette reprise aujourd’hui des travaux parlementaires. Linguapax International encourage d’ailleurs l’organisme mauricien à poursuivre son travail « vers la pleine normalisation du kreol au sein des institutions politiques, administratives, éducatives et culturelles ».
En octroyant cette année à LPT le Linguapax International Award, ses promoteurs veulent rendre hommage aux efforts déployés depuis plus de 35 ans par le récipiendaire pour la reconnaissance et la valorisation des deux langues maternelles, le kreol et le bhojpuri. Linguapax International peu connue des Mauriciens a pris naissance en 1987 à la suite d’une réunion d’experts de l’UNESCO qui avaient jugé urgente une action en faveur de la préservation de la diversité linguistique mondiale. Mais ce n’est qu’en 2001 que l’organisation a été lancée officiellement par l’UNESCO Center of Catalonia à Barcelone.
« Se enn asosyasyon internasyonal ki regroup gran lingwis, serser ek akademik, depi partou dan lemond ki finn inifye ansam pou promouvwar lang maternel dan tou so larises ek diversite », explique le LPT.
Le Linguapax Award, décerné pour la première fois en 2002, vise à reconnaître et à récompenser les initiatives entreprises par des associations ou individus en faveur de la préservation de la diversité des langues et de la promotion du multilinguisme. Et chaque année Linguapax International lance un appel à candidatures dans cette direction mais une des caractéristiques de ce concours est que les nominés à ce prix ne soumettent pas leurs candidatures. Ce sont d’autres organisations/individus qui proposent des noms qu’ils estiment aptes à recevoir un tel prix. C’est ainsi que la candidature du LPT pour figurer parmi les nominés de l’édition 2013 avait été proposée par Tove Skutnabb-Kangass et Robert Phillipson, deux linguistes de renommée internationale et auteurs de nombreux ouvrages et qui ont soumis séparément leur proposition aux organisateurs de ce prix. À signaler que ces deux linguistes étrangers sont déjà venus à Maurice dans le cadre de leurs fonctions et que Tove Skutnabb-Kangass avait participé aux travaux du « International Hearing on the harm done to children by the repression in schools on the mother tongues/Hearing Internasyonal lor Ditor ki fer kan Siprim Lang Maternel dan Lekol » organisé en 2009 par LPT.
Linguapax International décerne son award généralement dans le cadre de la Journée internationale de la langue maternelle. C’est la semaine dernière que LPT a été informé qu’il en est le récipiendaire de l’Award 2013. « Sa ti fer nou fyer kan Tove Skutnabb-Kangass ek Robert Phillipson ti anons nou ki zot finn soumet non LPT pou sa pri internasional-la ek nou ankor pli honore azordi ki nou finn gagyn sa award-la. Sa de pri internasyonal-la pe vinn donn rezon LPT pou nou aksyon anfaver langaz kreol ek bhojpuri », commente Alain Ah-Vee. Les principaux animateurs de LPT se veulent modestes en soulignant que cette reconnaissance internationale est le résultat d’un travail collectif, incluant le soutien des membres et sympathisants du LPT ainsi que de tous ceux qui sont passés ces 30 dernières années par les cours “aprann lir ek ekrir dan lang maternel” organisés à travers l’île.
LPT est heureux devant les développements majeurs concernant le kreol morisien ces dernières années et affirme que les conditions sont réunies pour l’introduction de cette langue à l’Assemblée nationale ainsi qu’au niveau du Registrar of Associations. Alain Ah-Vee mentionne à ce sujet l’existence de (1) l’Ortograf Kreol Morisien, (2) de la Gramer Kreol Morisien, (3) du Diksioner Morisien, (4) d’une Kreol Unit au MIE, (5) de Lakademi Kreol Morisien, et (6) d’une Kreol Speaking Union. Il s’agit là, selon le LPT, d’« outils officiels » qui permettraient l’usage de cette langue par les députés dans les travaux parlementaires. « Se bann nouvo zoutil ki kapav ed ladministrasion Parlman dan son travay. Nepli ena preteks pou ki anpes kreol rant dan parlman », maintient Alain Ah-vee qui annonce que son organisation est bien déterminée à atteindre cet objectif. en soulignant la note d’encouragement de Linguapax International à ce sujet. Il indique aussi que LPT avait écrit à diverses institutions – l’Assemblée nationale, le Bureau du Directeur de poursuites publiques, la MBC et la police – pour proposer son aide pour un cours d’initiation à l’écriture du kreol morisien à l’intention leur personnel. Il y a eu cependant peu d’intérêt à la proposition de LPT. « Zis DPP ki finn anvoy de dimounn pou sa kour-la. Me nou pou relans nou propozisyon ek nou pou repran kontak avek Speaker ek Clerk lasamble », annonce Alain Ah-Vee. Dans la même foulée, l’animateur du LPT suggère une distribution des documents de support dont il a mentionnés aux parlementaires afin qu’ils se familiarisent à l’écriture du kreol morisien. Une proposition qui pourrait interpeller le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree qui, rappelons-le, avait lancé officiellement le document Ortograf Kreol Morisien.