La saisie de 28 g de Lannate dans une cellule à l’Eastern High Security Prison, à Melrose, dans le cadre des travaux de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen, retient toujours l’attention. Des informations disponibles de sources concordantes ce matin indiquaient que le trafiquant Siddick Islam, aussi connu sous le nom de Ner ou de Sheriff, a été placé en Solitary Confinement par les autorités pénitentiaires depuis que ce poison virulent et une quantité de drogues synthétiques ont été découverts dans sa cellule à la prison de Melrose. Il y restera en attendant les conclusions d’une investigation de haut niveau à ce sujet. L’enquête visant à faire la lumière sur cette saisie effectuée par Sam Lauthan, membre de la commission Lam Shang Leen, et deux des policiers affectés à la commission, jeudi, a été confiée au CCID pour éviter des allégations de “Conflict of Interest”, car des noms des enquêteurs de l’Anti-Drug and Smuggling Unit, et pas des moindres dans la hiérarchie, ont été mentionnés. D’autre part, pour compléter cet exercice, la police pourrait être amenée à rouvrir les dossiers de décès dans « des circonstances pas trop claires » d’une dizaine de détenus ayant évolué dans le giron de Siddick Islam en milieu carcéral.
Sam Lauthan, un des membres de la commission d’enquête, a déjà soumis au président de cette instance, l’ancien juge Lam Shang Leen, un rapport complet sur la descente des lieux et le bilan de cette visite. Les 28 g de Lannate saisis ont déjà été transmis au Forensic Science Laboratory (FSL) à des fins d’analyse. La décision au niveau de la commission d’enquête sur la drogue en vue d’effectuer ce déplacement à la prison de haute sécurité de Melrose a été entérinée après une analyse détaillée de la déposition “in camera” de Siddick Islam en début de semaine. Les membres de la commission ne voulaient pas croire ce qu’ils avaient entendu à ce sujet et il avait été décidé de dépêcher Sam Lauthan et deux des enquêteurs de la police affectés à la commission pour des vérifications.
La direction générale de la prison avait été informée de cette éventuelle visite des membres de la commission d’enquête, sans plus. « Officiellement, nous avions été avisés de cette visite de la commission à Melrose pour jeudi. Au terme du protocole établi, nous ne nous mêlons pas au travail des officiels de la commission. D’ailleurs, j’ai appris les détails de cette affaire de Lannate dans le journal de jeudi après-midi. Je n’en sais pas plus que vous. Probablement qu’à partir de la fin de cette semaine des développements devront intervenir dans cette affaire », a déclaré au Mauricien le commissaire des prisons, Vinod Appadoo, au sujet de cette sinistre affaire de Lannate.
Le commissaire des prisons balaie d’un revers de main les allégations à l’effet que ce poison virulent provient de lui suite à des instructions en vue d’éliminer des trafiquants de drogue en prison. « Tout indique que Siddick Islam avait préparé son coup bien avant et ce prisonnier, comme les autres caïds en prison, veut ma tête », ajoute-t-il, en s’appesantissant sur le fait qu’à aucun moment, « ce genre d’intimidations ou d’allégations ne me détournera du fil conducteur de ma longue carrière au sein de la force policière, soit la lutte sans merci contre les trafiquants de drogue ». Néanmoins, il compte prendre des mesures de protection pour sa sécurité, avec notamment une demande officielle pour posséder une arme à feu à toutes fins utiles.
En ce qui concerne la saisie de 28 g de Lannate dans la cellule du trafiquant Siddick Islam, purgeant une longue peine d’emprisonnement, le commissaire des prisons a préféré faire preuve de retenue en marge de l’enquête policière. Le dossier devait être transmis en cette fin de semaine au CCID avec tous les détails de l’opération sous la supervision de Sam Lauthan. L’un des premiers suspects qui devrait être entendu par les hommes de l’assistant commissaire de police, Devanand Reekoye, n’est nul autre que Siddick Islam.
Le trafiquant de drogue sera acculé en vue de « substantiate » ses premières allégations au sujet de la provenance de ces 28 g de Lannate, un produit interdit sur le sol mauricien, ou encore « la mission qui lui avait été confiée ». Une mission quasi impossible attend le CCID en vue d’essayer d’identifier le cerveau se cachant derrière ce plan machiavélique de la mafia, dont le complot a pour objectif « d’éliminer tous ceux qui se placent sur la route et qui gênent les trafiquants de drogue ». Le CCID devra également tenter de confirmer si cette quantité de Lannate devait servir à empoisonner l’eau des réservoirs domestiques d’une série de cibles déjà identifiées.
À cet effet, la police tente de dresser un parallèle entre la découverte de ce virulent poison sur un trafiquant condamné et les menaces de mort contre le Premier ministre, Pravind Jugnauth, le Mentor Minister, sir Anerood Jugnauth, ou encore l’assistant surintendant de police, Hector Tuyau, les hommes de loi Rama Valayden et Neelkant Dulloo, et le “Star Witness-In-Waiting” dans l’enquête sur les 135 kg d’héroïne dans six compresseurs à bord du MSC Ivana en date du 9 mars dernier.
La présence d’une aussi importante quantité de poison en prison continue d’intriguer plus d’un et pourrait servir d’excuse pour initier une enquête sur le décès d’une douzaine de prisonniers, dont au moins un ancien policier, ayant évolué dans le giron de Siddick Islam au fil des années et dont les causes sont considérées comme étant floues. « Dans la conjoncture, avec du Lannate disponible en prison, toute enquête complémentaire sur ces cas aura pour finalité d’éliminer tout doute qui pourrait surgir », fait-on comprendre dans certains milieux. Affaire à suivre…