L’envolée de la pépite de Rameshwar Gujadhur, White River, sous la selle de Manoel Nunes. L’image même du retour en force de cet établissement qui accueille sa nouvelle cravache, le Sud-Africain Piere Strydom pour la 10e journée

White River a remporté son deuxième succès. Après la Duchesse, il s’est octroyé la première manche du championnat des -4ans. Il a encore une fois ajouté la manière et aussi d’autres qualités. C’est définitivement un cheval complet qui fera encore parler de lui. On devrait avoir cette possibilité quand il se mesurera aux anciens de 2017 qui sont mieux classés que lui à l’échelle des valeurs. En attendant, tout l’entourage de Rameshwar Gujadhur peut être fier d’avoir pu avoir un si valeureux compétiteur et fait que le niveau des courses soit rehaussé. Bravo aussi pour le triplé réalisé qui est synonyme de la première place au classement des entraîneurs.

On avait dit avant la course que la difficulté pour White River était qu’il avait à rendre du poids à la majorité de ses adversaires. On avait, dans cette optique, surtout fait référence aux 4,5 kg de différence entre lui et Pera Palace et la possibilité qu’avait ce dernier à réduire l’épreuve et faire le cheval de Rameshwar Gujadhur en ressent lors du sprint final. Toutefois, rien n’y fit. Dès l’ouverture des stalles, Manoel Nunes a fait comprendre à Darryl Holland qu’il ne craignait rien. Le Brésilien n’a pas cédé facilement le commandement pour ensuite se placer dans le sillage du meneur. Il ne s’est nullement inquiété du fait que le tempo de la course n’était pas relevé. En effet, les premiers 400m ont été couverts en un peu moins de 27s, ce qui est relativement lent alors que le dernier kilomètre a été couvert en 58,72s. Darryl Holland a attendu le plus tard possible pour lancer le sprint, pour tirer largement profit de sa petite charge. Mais White River est fait d’un autre métal. Quand il a trouvé sa vitesse de croisière, il a, sans forcer, laissé ses adversaires sur place pour s’envoler vers un facile succès. Comme enseignements, on peut dire que White River est un cheval qui possède du pas et un excellent finish. On trouve que sur une distance rallongée, il est capable de le faire de bout en bout. Deuxième à l’arrivée, on a retrouvé Woljayrine. Il aurait sûrement préféré suivre de plus près ou même mener le peloton. Toutefois, son numéro de corde a joué contre lui. De plus, il nous a semblé qu’il s’est montré quelque peu ardent et que Cédric Ségeon a éprouvé quelques difficultés pour le relaxer. Aussi, il a été contraint d’accélérer complètement en dehors et qu’il a aussi eu une tendance à verser à l’extérieur. Pera Palace, lui, a conservé de justesse la troisième place. Il devrait être plus à l’aise quand il sera opposé à des chevaux de sa valeur. Kazaar a couru en progrès par rapport à la course de ses débuts. Il a couru avec le nez au vent durant toute la course et on estime qu’il peut encore s’améliorer. Quant à Why Wouldn’t Yew, il avait grandement besoin d’une mise en jambes. C’est sûrement pourquoi son entraîneur a décidé de l’aligner avec un poids plume ; pour qu’il n’ait pas une course trop dure. Il ne faut pas oublier qu’il s’était grièvement blessé fin 2018. Il a été pris de vitesse dans la première partie de la course, puis s’est montré quelque peu ardent. Il sera définitivement plus compétitif quand il évoluera dans sa valeur.

LES AUTRES COURSES

Triplé de Rameshwar Gujadhur, première pour Yashin Emamdee

1. Redwood Valley qui remet ça à l’issue d’une belle ligne droite. Dernier durant tout le parcours, Darryl Holland s’est montré bien patient et n’a lancé sa monture qu’à partir du dernier virage. En fait, le Britannique a pu rediriger son cheval quand Napoli lui a fermé le passage. Mais, une fois relis sur le bon pied, Redwood Valley a bien accéléré pour prendre la mesure de Napoli et gagner arrêté. On pensait que sa tâche allait être plus difficile à ce niveau, mais il a bien contourné ce handicap. Napoli, lui, a été contraint à un parcours difficile. Son jockey l’a laissé progresser en épaisseur dans la descente et il lui a manqué un petit plus. Troisième à l’arrivée, Bear Hug qui avait accompagné Redwood Valley dans les derniers rangs. Il lui a manqué un punch au finish. Social Network n’a pas fait dans la position d’attentiste. Eight Cities, bien positionné durant toute la course, n’a pas accéléré. Starsky, lui, peut avoir été quelque peu contrarié par la présence de Chap Trap à son extérieur. A cela, il faut prendre en considération le tempo de l’épreuve et que ce sont les finisseurs qui ont animé la ligne droite finale.

2. Ce sont les finisseurs qui ont une fois de plus animé l’arrivée alors que le rythme a été assez élevé. En effet, l’épreuve a été lancée plus rapidement dans les premiers 250m avec Jet Path, Student Grant et Till Dawn cherchant la meilleure position possible. Le premier nommé a eu à sortir de son pas pour mener le peloton, mais il s’est néanmoins bien battu pour accrocher la troisième place. On a été un peu déçu de la prestation de Till Dawn. De là où il était placé, on s’attendait à ce qu’il dispute l’arrivée et non pas terminer que quatrième. Rasta Rebel s’est bien défendu. Il a été quelque peu forcé plus à l’extérieur par Till Dawn et n’a pu trouver le petit plus nécessaire. Anton Ruskin, lui, a couru en épaisseur et n’a pu faire mieux que cinquième. Déception du côté de Pop The Question. Il n’a pas accéléré comme prévu. Student Grant avait visiblement besoin d’une mise en jambes. Il a peiné sur la fin avant d’être bousculé par Darryl Holland. Le nouveau Fire Song a couru bien placé avant de s’effacer avant le dernier virage. Sir Cliff, lui, a manqué de résistance après avoir été contraint en troisième épaisseur à partir de la descente.

3. C’est l’outsider Glorious Goodwood qui s’est montré le plus percutant dans l’emballage final et sa victoire ne souffre d’aucune discussion. Il a lancé le sprint de loin et a fait le trou à un moment important. La course a été réduite à un sprint sur 1000m. In Your Dreams a pointé à l’ouverture des stalles, mais il est néanmoins parvenu à prendre les devants vu que les adversaires n’avaient la vélocité voulue pour diriger les opérations. Cela peut se comprendre quand on retrouve Greenflashsunset et New Hampshire à la lutte pour le commandement. Sky High Flyer a été celui qui a essayé de mettre la pression sur le leader et il en a peut-être payé les conséquences en fin de parcours. In Your Dreams a complètement cédé dans les derniers mètres. Streetbouncer est celui qui a terminé le plus fort après avoir couru en dernière position. Jals Tiger a beaucoup versé à l’intérieur dans la ligne droite finale et n’a pu être assisté comme il se doit. Secret Idea avait besoin de cette course. Greenflashsunset a terminé dernier, précédé par Riding Shotgun qui n’a été qu’un simple spectateur.

4. On a eu droit à une belle arrivée dans la quatrième avec la victoire revenant à Red Line Captain. On sait que ce cheval a démontré d’autres qualités cette saison et si Nooresh Juglall est à créditer d’une bonne course, il faut aussi souligner que les circonstances ont été en sa faveur. Le jockey de Gilbert Rousset, après un départ rapide, s’est tranquillement positionné en troisième position derrière Euroklidon et Declarator qui étaient à la lutte. Il a ainsi pu accélérer au meilleur moment pour forcer la décision. Le deuxième Alshibaa a été malchanceux. Il était placé derrière Inn A Million dont le jockey avait décidé de prendre l’option intérieure. Darryl Holland a dû prendre la décision de déboiter sa monture. On peut se demande si Alshibaa aurait pu faire la différence si son jockey avait attendu que l’ouverture entre Alpha Pegasi et Euroklidon s’offre à lui à la fin de la dernière courbe. Bonne prestation de la part de I Travel Light. La suite de la compétition s’annonce prometteuse pour lui. Yankeedoodledandy s’est bien défendu comme à son habitude. Quant à Moonrise Sensation, on pensait le trouver plus proche de la tête de la course. On reste persuadé qu’il vaut plus que cette performance. Talbec de l’arrière, cela a été une tâche difficile pour lui. Toutefois, il n’a pas démérité.

5. Environ une demi-longueur a séparé les cinq premiers à l’arrivée, soit la fin de course la plus pointue de la journée. C’est Nottinghamshire, toujours bien placé dans la course, qui a eu le dernier mot face à Al Mariachi qui avait mené depuis l’ouverture des stalles. Du coup, Yashin Emamdee est parvenu à signer son premier succès depuis son retour en compétition. L’épreuve a vraiment pris en envol dans le dernier kilomètre avec une franche accélération d’Al Mariachi qui était suivi de près par Black Cat Back. Ce dernier, à notre avis, a présumé de ses forces et a payé sur la fin. Al Mariachi a couru comme à son habitude et a sûrement aussi trouvé que la compétition est plus relevée à ce niveau. Nottighamshire a gagné pour le grand bonheur de ses partisans, mais tout porte à croire qu’il trouvera désormais les choses plus difficiles suite à sa pénalisation au handicap. Prince Of Thieves a démontré que sa dernière victoire n’était pas le simple fait du hasard. Il a bien terminé sa course pour se retrouver à une tête du vainqueur. Ernie, selon nous, est le vainqueur moral de la course. On ne peut pas reprocher à Cédric Ségeon d’avoir opté pour l’extérieur, sauf qu’il a dû aller encore plus en dehors quand il a été privé de passage. S’il avait attendu la corde, il aurait sans doute pu passer à l’intérieur de Yankee Captain, mais il ne pouvait prévoir que son cheval trouverait le jour. Karraar n’a jamais été dans le coup tandis que Speed Limit a fait ce qu’il a pu compte tenu des circonstances de la course.

7. L’arrivée de cette 7e course a permis aux turfistes d’assister à une belle empoignade entre Darry Holland et Bruno Reis qui étaient en selle sur Afdeek et Texas Sky respectivement. En regardant la course de plus près, on dira que le jockey de Ricky Maingard semblait bien confiant en la supériorité de sa monture. Il n’était pas intéressé à déborder Sarah’s Secret pour prendre position sur les barres et il ne s’est nullement inquiété que Texas Sky soit tranquille à l’avant, libre d’imposer le tempo qu’il voulait. C’est quand Midnight Oracle s’est amené à son extérieur qu’il a demandé à son cheval de commencer à accélérer pour ne pas se faire enfermer. La lutte a été de toute beauté et Darryl Holland a confirmé qu’il est un des meilleurs finisseurs exerçant actuellement au Champ de Mars quand il le veut. Mais il a sûrement dû avoir chaud tant Texas Sky s’est montré résistant sous la selle de Bruno Reis. Le nouveau Viking Trail s’est bien comporté et on pense que le meilleur reste à venir. À noter que son jockey Imran Chisty a perdu sa cravache en ligne droite et n’a pu qu’accompagner son cheval des bras. Midnight Oracle aussi devra être considéré la prochaine fois. Contraint à courir en épaisseur, il a néanmoins terminé à moins d’une demi-longueur du vainqueur. Kings Empire est aussi à surveiller.

8. Malchanceux la dernière fois, A P Strike a confirmé son statut de favori pour permettre à Manoel Nunes de réaliser le doublé, tout comme Darryl Holland. À 9 ans, ce cheval possède encore de beaux restes quand il est aligné sur son parcours de prédilection. Pourtant, avant la course, il était question que le nouveau Roman Dancer soit un os dur. Du reste, il avait été bien soutenu au niveau des paris. Quand à mi-parcours ce dernier, qui était à l’extérieur de Philosopher, possédait une certaine avance sur le favori, on pouvait craindre qu’A P Strike ne parvienne pas à refaire tout son retard. On ne croit pas se tromper en avançant qu’Olivier Plaçais s’est trompé dans son analyse de la course. Il aurait dû savoir que Philosopher ne pourrait aller jusqu’au bout vu que le cheval d’Alain Perdrau était quelque peu enrobé. De ce fait, Roman Dancer s’est sûrement dépensé prématurément et n’a pu soutenir la comparaison au finish. Il a failli même perdre le bénéfice de la deuxième place. En ce qui concerne Manoel Nunes, après ses déboires avec A P Strike lors de la 6e journée, il n’a pas pris de risque cette fois et a dirigé son cheval vers l’extérieur. Signalons aussi les bons débuts de River Of January.


Suspension pour Bheekary,
Amende pour Holland et Reis

Roby Bheekary manquera à l’appel d’une journée après avoir écopé d’une mise à pied. Il a été pénalisé pour avoir gêné Silver Rock au 1300m de la première course alors qu’il était associé à Social Network. Le cheval de Rameshwar Gujadhur a alors été privé de passage avant d’être repris par son jockey. La faute commise par Darryl Holland (Pop The Question) dans la ligne droite finale à l’encontre de Roby Bheekary (Student Grant). Le film de la course a démontré que le Britannique avait délibérément bousculé le cavalier mauricien en plusieurs occasions en forçant le passage entre Student Grant et Anton Ruskin. Il s’est retrouvé avec une amende de Rs 25 000. Bruno Reis, lui, a été pénalisé pour n’avoir pas pris toutes les précautions nécessaires pour que Gordonstoun ne gêne Torpedo 
Officer dans la ligne droite finale de la dernière course. Pour cette entrave au code des courses, il devra débourser Rs 25 000.