Poursuivie pour le meurtre de sa belle-soeur, Shahinar Akter, une Bangladaise de 30 ans, le 6 février 2011, Joshna Fazlull Haque, également d’origine bangladaise, a été condamnée à 23 ans de prison ce matin aux Assises. « There has been violent and savage taking of life », a soutenu le juge Benjamin Marie-Joseph lors de la sentence. Joshna Fazlull Haque avait expliqué à la police qu’elle avait décidé de passer à l’acte après avoir appris que sa belle-soeur avait raconté à son époux, resté au Bangladesh, qu’elle entretenait une liaison à Maurice.
Le juge Benjamin Marie-Joseph a fait ressortir que, dans sa première déposition, Joshna Fazlull Haque avait avoué son crime et expliqué comment elle avait mis son plan à exécution. « Accused cleverly waited for an occasion to carry out her plan. It was a violent and savage assault and there has been deliberate taking of life », a soutenu le juge. Et de poursuivre : « La situation embarrassante à laquelle elle a dû faire face auprès de ses proches quand ils ont appris qu’elle avait une liaison à Maurice ne justifiait pas une telle action. » L’accusée a de fait écopé de 23 ans de prison.
Joshna Fazlull Haque était arrivée à Maurice du Bangladesh un an et demi avant les faits. Elle était mariée au cousin de Shahinar Akter et avait trois filles et un fils, qui étaient restés au Bangladesh. Toutefois, Joshna Fazlull Haque devait entretenir une liaison avec un Bangladais travaillant dans une boulangerie de Curepipe.
Par la suite, elle avait appris que Shahinar Akter avait tout raconté à son époux. Ce dernier avait dès lors coupé toute relation avec elle. À la police, Joshna Fazlull Haque avait déclaré que lorsqu’elle appelait ses enfants, son époux les empêchait de lui parler. L’accusée avait alors décidé d’en finir avec sa belle-soeur. « I had made up my mind to kill », avait-elle déclaré.
Joshna Fazlull Haque avait donc invité Shahinar Akter à la rejoindre à Rose-Hill pour lui remettre un colis. Une fois sur place, les deux belles-soeurs s’étaient dirigées au pied de la montagne Corps-de-Garde pour pique-niquer. C’est là que Joshna Fazlull Haque est passée à l’acte. Après avoir discuté une trentaine de minutes avec la victime, elle lui a tailladé le cou au cutter avant de lui fracasser le crâne à coups de pierre. Son corps avait été découvert par deux garçons lors d’une randonnée.
Joshna Fazlull Haque avait plaidé coupable sous une charge réduite de “manslaughter”. La poursuite est représentée par Me Shakeel Bhoyroo alors que la Bangladaise est défendue Me Avineshwar Dayal. Les 1 414 jours qu’elle a passés en détention préventive seront déduits de sa sentence.