A chaque organisation qui passe, son lot de surprises. Le National Sports Award de 2011, organisé en janvier dernier n’a pas manqué d’attirer son lot de surprises, les unes plus étonnantes que les autres. C’est le moins qu’on puisse dire après une lecture des dépenses qui ont été effectuées pour l’organisation de cette soirée, tenue au Swami Vivekananda International Convention Centre à Pailles. Ces comptes ont été déposés mardi dernier à l’Assemblée Nationale par le ministre des Sports après une question du député de l’Opposition, Franco Quirin. Mardi dernier, c’était aussi la reprise des travaux parlementaires après plus de 4 mois de vacances. Visiblement «économie» ne rime pas avec MSC. L’impression qui se dégage est que Belle-Rose se laisse même aller à des largesses tout en ne  prenant pas en considération la médiocrité. A titre d’exemple, le MSC a payé la bagatelle de Rs 337 500 à la MBC pour une série de huit items, dont la production de clips de présentation des nominés dont la qualité laissait vraiment à désirer.  Mais ceux présents à Pailles ont eu droit à Rs 2,192,620 de médiocrité.
Sans aucun doute, les chiffres déposés à l’Assemblée Nationale sont plus que jamais étonnants. A commencer par les Rs 287,500 qui ont été payées pour la location du SVICC. Presque qu’une folie de Belle-Rose quand on constate que la salle était à moitié vide, comme ont été témoins ceux qui ont vu ce jeu de massacre à la télévision. Mais le plus étonnant dans les chiffres désormais officiels c’est les Rs 130 000  de «miscellaneous expenses» qui figurent dans le document déposé par le ministre. La logique veut que sous cet item figurent les dépenses très minimes. Comment des dépenses totalisant Rs 130 000 se retrouvent sous ce chapitre.
Rs 75 000 d’overtime
On peut aussi s’interroger sur les Rs 133,315 qui ont été dépensées pour l’achat  des «Trophies» à la Glass Gallery et qui ont été distribuées à tour de bras aux invités. Le MSC a aussi dépensé  Rs 11,475 pour l’impression des programmes de cette soirée et Rs 75 000 en overtime.
Pour revenir à la question du député Franco Quirin, ce dernier voudrait avoir la composition du panel pour les choix des nominés ainsi que les critères appliqués. Dans sa réponse, Devanand Ritoo a indiqué que le panel était présidé par Jacques Malié avec comme membres Ram Lollchand (HLSU), Elvis Bonne (COM), Daniel Capiron et Neeta Persand (membres indépendants), Eshaan Muturza (MBC), Stany Maurice (L’express) et — ndlr le scandaleux — Goolam Cader Ally (représentant du Non Olympic Committee).
Les trois critères qui ont été pris en considération sont (a) les performances internationales dans les compétitions, (b) les performances nationales et (c) la régularité aux entraînements. A une question supplémentaire du responsable du dossier sport au sein du MMM, le ministre a indiqué qu’il n’a reçu qu’une plainte verbale de la part d’un parent d’un athlète et a précisé qu’il a demandé au président du MSC «to look into the matter».
Par contre, lorsqu’est venue la question du député Quirin sur le «désintéressement de la presse» aux votes, Devanand Ritoo a cherché la voie échappatoire comme en témoigne cet échange.
Quirin: M. le président, j’ai entendu le ministre dans sa réponse préciser que la  presse représente 60% des votes. Dans ce cas, le ministre peut-il nous indiquer si c’est  uniquement la MBC qui a participé aux votes et si les autres titres ont carrément refusé de  participer à cet exercice ?
Ritoo: I cannot intervene with the panel. It is a panel which is  formed by the Mauritius Sports Council and they have got the whole criteria of how they
determine the best sportsmen.
Quirin: Le ministre ne répond pas à ma question qui est pourtant simple. Je
demande : est-ce qu’il peut indiquer si les 60% de votes représentés par la presse,  proviennent  uniquement de la MBC ou s’il y a eu d’autres titres de presse qui ont également participé à cet
exercice de votes ?
Ritoo: I understand that there is a representative of the press, the representative of  Olympic Committee and Non-Olympic Committees, members of   even la presse écrite et parlée and the representatives of the High Level Sports Unit.  They  determine the criteria.
Quirin: Le ministre ne répond toujours pas, mais je passe à une autre question. Vu le désintéressement total autour de cette cérémonie, malgré les R 2 millions dépensées, le ministre compte-t-il revoir de fond en comble toute l’organisation ?
Ritoo: I can redirect this issue to the Mauritius Sports Council and the panel. But I would like the hon. Member that he was himself a member of the Board of the Mauritius Sports Council. If there had anything not proper, he could have made his complaint directly and even  the members of the public are invited to make their complaint to the panel of the Mauritius Sports Council.