L’actuel board du Mauritius Sports Council (MSC) est-il un repère d’agents politique du pouvoir en place?? Si à cette question le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, a répondu par la négative mardi dernier à une interpellation du député Franco Quirin, par contre, la vérité est tout autre. En effet, l’origine de la question du député MMM était sur la composition du board du MSC et les allocations de sa présidente et de ses membres. Dans une réponse des plus brèves, le ministre de la Jeunesse et des Sports a indiqué d’une part que des actions ont été entreprises pour renouveler la composition du board du MSC en vertu de la section 16 (2) de la Sports Act 2016 et, d’autre part, pour que la présidente, Sarah Rawat Currimjee, obtienne des allocations mensuelles de Rs 25 000 et les membres du board Rs 890 par séance.
Si la présidente de l’Assemblée nationale a stoppé le député mauve dans l’élan concernant la question de savoir si c’est cette même Sarah Rawat Currimjee qui est conseillère spéciale au bureau du Premier ministre, par contre, tel n’a pas été le cas à la question de savoir si le ministre compte faire de la place à des personnes issues du mouvement sportif au lieu de nommer uniquement des agents politiques. « Je peux dire que l’honorable membre a tout à fait tort. Ce n’est pas le cas », a répondu le ministre.
Toutefois, tout laisse croire qu’on peut mettre en doute la réponse du ministre puisque, selon les documents qu’il a lui-même fait circuler après sa réponse à l’Assemblée nationale, nous constatons que la composition de l’actuel board du MSC n’est pas un reflet du mouvement sportif mauricien. Hormis Sarah  Rawat Currimjee— qui a eu une carrière de sportifs et qui, valeur du jour, s’est convertie dans la politique en raison des postes hautement politiques qu’elle occupe au PMO—, le reste des membres, tous nommés par Yogida Sawmynaden, ne sont que des agents politiques.