Sept ans après, la « belle étoile bleue », métaphore choisie par les élèves du collège Saint-Mary’s pour qualifier leur établissement, scintille de nouveau, grâce à Kurt Ha-Sun, lauréat dans la filière technique. Affichant une présence plutôt effacée ce matin au collège, le boursier n’a pas moins suscité l’admiration et l’excitation chez les élèves qui l’ont acclamé en héros lorsqu’il est monté sur le podium pour leur adresser quelques mots.
Une éventualité qu’on estimait peu probable, un rêve auquel on commençait à ne plus y songer. La surprise a été belle mais surtout stimulante, donnant un sursaut au collège, lui montrant que son potentiel qu’il ne croyait pas aussi excellent est bel et bien là. « N’importe qui peut devenir lauréat », dira Kurt Ha-Sun en s’adressant aux Marians. Les lauréats de la cuvée 2011 l’ont bien montré. Ce titre n’est pas réservé qu’aux collèges dits d’élite. D’ailleurs, le jeune homme, lui-même, a renoncé à un transfert au collège Saint-Esprit (CSE). Poussé par ses proches à fréquenter le CSE après ses 9 unités aux examens de SC, Kurt Ha-Sun n’y fera qu’un essai de trois jours avant de se raviser. « Je ne m’y retrouvais pas au CSE. Je me suis rendu compte que j’étais mieux encadré ici », nous explique le jeune boursier.
« Je sais que votre coeur est toujours rempli de joie. » Le recteur par intérim, Gérard Yu prend la parole. L’assemblée, ce matin, au collège St-Mary’s, revêt une atmosphère plus spéciale. « A moment like this, some people wait a lifetime. For a moment like this, some people search forever. » L’émouvante chanson de Leona Lewis est de circonstance. La prière du matin prend alors toute sa dimension méditative. Le manager du collège, Jocelyn René, après avoir félicité le lauréat, exhorte les élèves à suivre l’exemple de Kurt Ha-Sun.
Le boursier remercie pour sa part ses parents, ses amis, le personnel enseignant et non enseignant sans lesquels, dit-il, il ne serait pas là aujourd’hui. « Devenir lauréat a demandé beaucoup d’effort et de sacrifice. Cela ne demande pas seulement d’étudier mais aussi de trouver des moments de divertissement, et j’ai su trouver le juste milieu. N’importe qui peut devenir lauréat. Once a Marian, always a Marian ! », lance-t-il dans une forte acclamation.
Parlant au nom de l’école, un élève devait le remercier d’être resté au collège après le SC. « Il y a deux ans, tu as fait un choix. Tu as choisi de rester chez nous, dans la grande maison bleue. Nous te remercions pour cela car tu fais briller notre belle étoile bleue ! ».
Pour Gérard Yu, « cela a été une très bonne surprise pour toute l’école. Kurt est un modèle pour ses camarades ». Le système de mixed abilities, selon lui, « est un projet prometteur. On y croit ». Commentant les 72,2 % de réussite cette année au HSC, le recteur par intérim estime que « ce n’est pas encore parfait. Il faut travailler plus dur. Est-ce qu’il faudra attendre encore sept ans ? » Des « non » fusent en réponse. Sur quoi, M. Yu ajoute : « Nous avons un défi à relever : un meilleur taux de réussite au SC et HSC et plus de lauréats. »