La proclamation des lauréats pour la cuvée 2011 a amené dans son sillage une agréable surprise avec une répartition du titre dans des collèges qui n’en décrochent pas toujours. « C’est un plus pour l’éducation et un boost pour les autres collèges », a affirmé la rectrice du collège Royal de Port-Louis Mitranee Kushiram lundi au Mauricien. Du côté des lauréats, ils sont unanimes à parler de l’importance d’un travail soutenu durant deux ans.
La rectrice du collège Royal de Port-Louis (RCPL) parle de grande satisfaction du collège d’avoir décroché quatre titres contre un seul l’année dernière. Et bien plus encore. En effet, cela fait plusieurs années que le RCPL n’a pas obtenu la SSR National Scholarships. Cette bourse va aux premiers garçon et fille de la filière science et leur donne droit au premier cycle des études de médecine. Au Mauricien, cependant, Muhammad Saad Nabeebaccus du RCPL qui a décroché ce titre, affirme qu’il préfère faire des études pour devenir physicien et se consacrer à la recherche. Il souhaite que d’ici la fin de ses études, il puisse revenir au pays pour faire des recherches dans cette filière. Ancien élève du collège Hassan Raffa et détenteur de six unités aux examens de School Certificate, le jeune homme attribue ces résultats au dur labeur. D’ailleurs, les trois autres abondent dans le même sens bien qu’ils n’aient pas tous eu le même rythme de travail. « Je passais tout mon temps libre à travailler », affirme-t-il. Les seuls passe-temps qu’il avait : le foot et le tennis de table au collège pendant la récréation. « Il est deuxième au niveau régional en tennis de table », lance un de ses amis. Saad Nabeebaccus confirme l’information. « Avec un travail soutenu, on est moins stressé pendant la période des examens », soutient-il. Saad Nabeebaccus était à sa première tentative.
Même son de cloche du côté de Fowdar Udhav, lauréat côté science. Cet habitant de Sainte-Croix qui est à sa première tentative également demande à ses amis « de ne pas attendre la dernière minute pour se mettre au travail ». La détente est aussi un élément essentiel dans la réussite. Fowdar Udhav, qui a un penchant pour les jeux vidéo, aime bien la mer et la gym. Ancien élève du Bell-Village SSS, il souhaite poursuivre ses études en mathématiques
Idem pour Shameek Jankee de Moka qui décroche un titre dans la filière économie. Ancien élève du Bell-Village SSS et détenteur de six unités au SC, il précise que le dur labeur est un des éléments de la réussite mais qu’« il faut maintenir un équilibre entre études et détente ». Cependant, il a été agréablement surpris en entendant son nom à la radio puisqu’il pensait avoir mal travaillé dans certaines matières. Le lauréat souhaite faire des études de droit.
Joie et soulagement sont notés du côté de Muhammad Sajjaad Jeeawody. Le jeune homme en était à sa deuxième tentative. La première fois, fait-il ressortir, il était classé huitième. S’il n’a pas encore décidé de sa carrière, il affirme avoir un penchant pour des études en mathématiques. Bien que concentré surtout sur son année d’études, Muhammad Sajjaad Jeeawody tentait de maintenir un équilibre entre les loisirs et la famille. La natation, le foot, le vélo, le badminton et la télévision sont ses activités de détente. Il se tenait aussi au courant de toute l’actualité locale et internationale, « General Paper oblige », constate-t-il.
Les quatre lauréats affirment que l’encadrement et le soutien des parents, des professeurs et des amis sont importants pour la réussite. Ils font partie du dernier groupe d’élèves sous le système « form six colleges ». Une centaine d’élèves du RCPL avaient pris part aux examens de HSC en 2011. L’année prochaine, fait ressortir la rectrice, ils seront soixante. « C’est seulement en 2013 que nos élèves, qui sont inscrits au collège depuis la form I, prendront part aux examens. Les résultats sont attendus pour 2014. »
Mitranee Kushiram tient à féliciter également les autres collèges — Adolphe de Plevitz, les Lorettes ou encore le Mahatma Gandhi Institute — pour leur performance. Le message fort qu’elle lance à ses élèves : « Vous êtes parmi les meilleurs. Il ne faut pas oublier qu’il y en a d’autres ailleurs qui sont de la course », soutient-elle d’autant qu’« aujourd’hui, l’accès à l’éducation est élargi. De plus, on ne peut dire qu’un élève est bon en se fondant uniquement sur les résultats du CPE. Les résultats de cette année démontrent que la compétition n’est pas seulement au niveau des collèges dits star colleges. »