Alors que la police multiplie les efforts pour traquer Steeve Serret, alias Polocco, récidiviste notoire et présumé chef d’un gang, deux autres bandes de voleurs portant des cagoules ont frappé à Curepipe et à Souillac. Hier soir, le directeur d’une station-service de Curepipe a été attaqué dans sa cour et délesté de Rs 300 000 tandis qu’en cour de Souillac, le même jour, des pièces à conviction ont été emportées par cinq bandits qui ont d’abord bâillonné et ligoté l’agent de sécurité.
Les informations disponibles dans le cas du vol avec circonstances aggravantes perpétré à Curepipe indiquent que vers 21 h 30 hier le directeur de la station-service Engen de Curepipe devait regagner son domicile à la rue Tommy d’Arifat. À peine descendu de son véhicule, il a été attaqué par deux hommes encagoulés. Les deux malfrats devaient l’agresser et le menacer avec des sabres pour emporter son sac contenant la recette du jour, soit quelque Rs 300 000 en liquide. Après leur forfait, ils se sont enfuis à bord d’un taxi, une Toyota de couleur bleue. La victime, légèrement blessée, a consigné une déposition au poste de police de Curepipe tôt ce matin.
Par ailleurs, concernant l’audacieux vol commis au tribunal de Souillac vers 1 h 30 hier matin, selon des sources policières, l’officier de la Special Security Guard, âgé de 53 ans et habitant Tyack, a été attaqué par cinq bandits portant des cagoules et armés de sabres. Ils l’ont bâillonné et ligoté dans la salle d’attente du tribunal avant d’entrer dans la Registry Room pour faire main basse sur des pièces à conviction. Un inventaire réalisé par le Principal Court Officer indique que des bijoux de valeur, de la drogue, un sabre et une somme de Rs 26 400 ont été emportés.
L’agent de sécurité, qui est parvenu à se libérer un certain temps après le départ des individus, a consigné sa déposition vers 6 h hier matin au poste de police de Souillac. Il a également reçu des soins à l’hôpital de la région pour quelques blessures. Ce cambriolage a grandement perturbé les travaux d’hier matin au tribunal de Souillac mais un retour à la normale était attendu aujourd’hui.