Après environ trois semaines sans « murder case », les enquêteurs de la police sont sur la brèche depuis hier matin avec trois agressions mortelles enregistrées dans les régions de Beau-Bassin, Haute Rive et Triolet. Toutefois, dans le cas de Ganeshwar Ragoo, un habitant de Triolet âgé de 48 ans, poignardé par son beau-père, et d’Emraj Seeam, 47 ans, agressé par une connaissance dans sa plantation, les enquêtes semblent être « straight forward » avec les suspects appréhendés et maintenus en cellule policière. D’autre part, le foul play a été confirmé pour le cadavre de Veena Soodharry retrouvé dans un appartement situé au 7e étage du Palm Plaza hier matin à Beau-Bassin. À ce stade, les limiers seraient sur la piste d’un suspect qui pourrait éventuellement éclaircir les circonstances de ce meurtre.
Le dernier cas de meurtre en date remonte à hier soir dans la région de Triolet, faisant suite à une altercation verbale houleuse entre Ganeshwar Ragoo, 48 ans, lorry helper de son état, et son beau-père, Alain Sylvain Brasse, 48 ans. La situation devait très vite dégénérer aux alentours de 21 heures quand le beau-père a agressé la victime au ventre avec un couteau de cuisine. Ganeshwar Ragoo a été transporté d’urgence au Sir Seewoosagur Ramgoolam North Hospital où son décès a été confirmé par les médecins assurant le service de nuit. Entre-temps, Alain Sylvain Brasse s’est constitué prisonnier au poste de police de Triolet avant de passer aux aveux concernant le meurtre de son beau-fils Ganeshwar Ragoo.
Le suspect a soutenu que les conflits au sein du domicile familial se multipliaient depuis quelque temps déjà, surtout après les beuveries de la victime Ganeshwar Ragoo. Alain Sylvain Brasse, qui vivait en concubinage avec la mère du défunt depuis un certain temps, aurait fait comprendre aux enquêteurs de la police que le comportement agressif de son beau-fils devenait insoutenable pour lui. Au cours de l’altercation d’hier soir, Alain Sylvain Brasse et sa compagne auraient sollicité l’assistance de la police pour ramener à l’ordre Ganeshwar Ragoo. C’est après cette intervention des officiers de police, que la dispute s’est envenimée et le beau-fils agressé mortellement. Alain Sylvain Brasse, qui a passé la nuit en cellule policière, devait comparaître devant le tribunal aujourd’hui pour son inculpation provisoire avant d’être reconduit en détention en attendant les prochaines étapes de l’enquête.
Blessures au cou et à la tête
Par ailleurs, l’enquête sur le meurtre de Veena Soodharry, 47 ans, sans-emploi et locataire d’un appartement au septième étage du Palm Plaza, Beau-Bassin, avance progressivement. D’abord, les soupçons des enquêteurs de la Criminal Investigation Division de Beau-Bassin et de la Major Crime Investigation Team, portant sur un foul play dans cette affaire, ont été confirmés par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, lors de l’autopsie. En effet, le rapport mentionne de graves blessures relevées au cou et à la tête de la victime Veena Soodharry, aussi connue sous le nom de Kawshar. Selon les conclusions du chef du département médico-légal de la police, la victime est décédée des suites de « fracture of skull and brain laceration ». Toutefois, aucune indication n’a été obtenue concernant la date à laquelle Veena Soodharry a été tuée, même si l’entourage de la victime affirme qu’elle avait disparu de la circulation depuis au moins vendredi.
Avec la confirmation qu’il s’agit bien d’un meurtre, les enquêteurs tentent depuis hier de passer au peigne fin l’emploi du temps de la victime avant sa mort. Les responsables de l’enquête ont d’abord établi des contacts avec les membres de la famille mais ces derniers étaient très peu informés du « day to day business » de Veena Soodharry. « La dernière fois que j’ai rencontré ma soeur remonte au dimanche 13 octobre. Je me suis déplacé à son appartement à Beau-Bassin. Depuis, je n’ai eu aucune nouvelle d’elle. D’habitude, c’est moi qui prend l’initiative de l’appeler. Les seules fois où ma soeur me téléphonait c’était quand il y avait un grave problème. Mais depuis quelque temps, je n’ai reçu aucun appel », explique Nizam Soodharry dans une déclaration au Mauricien tout en déplorant des lacunes au niveau de la sécurité au Palm Plaza.
Selon certaines indications, la police s’est lancée sur la piste d’un suspect qui pourrait contribuer à l’avancement de l’enquête et élucider ce meurtre. Mais dans la matinée, aucune confirmation n’a été obtenue concernant une éventuelle arrestation dans cette affaire. À ce stade, tout porte à croire que la victime devait connaître son agresseur vu qu’aucune trace d’effraction n’a été relevée dans son appartement. De ce fait, la thèse d’un vol ayant mal tourné comme mobile du crime a été écartée à ce stade. Ainsi, les enquêteurs redoublent d’efforts depuis la découverte macabre hier matin en vue d’établir les raisons du meurtre de Veena Soodharry. Cette dernière avait vendu sa maison à avenue Ollier, Belle-Rose, il y a quelques années pour une somme qui pourrait avoisiner les Rs 2,5 millions. La victime s’est par la suite installée dans une résidence dans la région de Beau-Bassin avant de louer un appartement au Palm Plaza il y a environ six mois de cela. L’enquête se poursuit avec des développements à prévoir.
Meurtre sur fond d’escroquerie
Par ailleurs, Emraj Seeam, 47 ans, habitant Rivière-du-Rempart et propriétaire d’une plantation de cannes à sucre dans la région de Haute-Rive a succombé hier après avoir été victime d’une agression samedi matin. Avant de rendre l’âme sur son lit d’hôpital, le quadragénaire a fourni un élément d’information de taille aux enquêteurs de la police, soit le nom de son présumé agresseur. Dans sa version des faits, Emraj Seeam a soutenu qu’il se trouvait dans sa plantation samedi matin, vers 9 h 30, quand il a été approché par un dénommé Vinesh Ramtohul, 34 ans, habitant Kalimaye Road, Barlow. Cet individu, accompagné de trois hommes, lui aurait asséné un coup au ventre à l’aide d’un objet pointu.
Vinesh Ramtohul avait été arrêté en début de semaine par les enquêteurs de la police à la suite des accusations d’Emraj Seeam. Mais le cas du suspect devait s’aggraver dans l’après-midi d’hier avec la mort de la victime à des suites d’une septicaemia. Le suspect devrait être inculpé de meurtre dans les meilleurs délais. Les avancées de l’enquête policière indiquent que ce meurtre aurait comme toile de fond une affaire d’escroquerie. En effet, Emraj Seeam aurait remis un montant total de Rs 120 000 au suspect Vinesh Ramtohul pour l’importation de moutons et de boucs en provenance de Rogrigues. Mais le planteur devait vite comprendre qu’il a été berné, n’ayant jamais reçu les moutons et les boucs. Devant les menaces d’Emraj Seeam de porter l’affaire à la police, le suspect Vinesh Ramtohul l’aurait agressé mortellement. L’enquête se poursuit.