L’Association des commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill souhaite que les mêmes dispositions radicales à l’encontre des marchands ambulants déployées à Port-Louis soient instaurées à Rose-Hill avec notamment une forte présence policière depuis le 18 avril dernier dans les points stratégiques occupés par les marchands de rue et la sévérité adoptée par les inspecteurs municipaux.
Dans une lettre adressée au ministre des Collectivités locales, Anwar Husnoo, les commerçants de Rose-Hill qui ont pris note des différentes mesures prises par les pouvoirs publics, la municipalité de Port-Louis et les forces policières pour nettoyer la capitale des marchands de rue, y compris des marchands saisonniers pendant le mois du Ramadan et des « late night hawkers », veulent que Rose-Hill soit également « purgée » des marchands illégaux. Très critique, l’association des commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill soutient que malgré le jugement de la Cour suprême, la municipalité tarde à faire appliquer ce décret de la Cour concernant les activités illégales des marchands ambulants.
En dépit de l’intention démontrée par le conseil municipal pour contrôler le problème des marchands ambulants, la situation sur le terrain reste encore chaotique, selon le constat dressé par les commerçants. Les marchands, en effet, n’hésitent pas à revenir sur les lieux après en avoir été chassés par les policiers et ils y restent jusqu’à la fermeture des magasins, au grand désespoir des responsables des commerces.
L’association, qui dénonce une « politique de deux poids deux mesures » vu que les magasins sont pris en contravention pour avoir exposé leurs articles sur le trottoir, estime que les inspecteurs municipaux devraient se montrer tout aussi intransigeants concernant les activités illégales des marchands ambulants dans les lieux publics et à l’intérieur de la foire Arab Town.
Plusieurs commerçants opérant dans le centre-ville de Rose-Hill ont en effet été pris en contravention pour avoir exposé des marchandises en dehors de leurs emplacements commerciaux la semaine dernière, alors que certains marchands de rue continuent à opérer librement et en se servant des structures érigées ou posées le long des passages réservés aux piétons. Le plus ironique, écrivent-ils, c’est ce que ces mêmes marchands occupent les trottoirs se trouvant devant ces mêmes magasins, dont les propriétaires ont été verbalisés à Rose-Hill. Ces marchands ambulants seraient apparus après une certaine heure de la journée samedi dernier. Les commerçants souhaitent savoir si des contraventions ont été établies contre ces colporteurs, dont certains venant d’autres régions, notamment de Port-Louis.