Le bras de fer entre l’ancien Deputy Speaker et député du Mouvement socialiste militant (MSM), Sanjeev Teeluckdharry et le Bar Council, n’est pas à sa fin. L’Ordre des avocats, sous la présidence de Me Hervé Duval, SC, s’est réuni hier après avoir reçu une convocation de la Cour suprême pour se présenter suite à la demande d’injonction faite par l’avocat parlementaire.

Le Bar Council ne prendra aucune action par rapport à la suspension de l’avocat avant de se présenter devant le juge en chambre. « By courtesy to the Court, the Council will not take any further steps until the Council has informed the Judge sitting in chambers of the Council’s stand », a déclaré le Bar Council hier dans un communiqué. Quant à Me Teeluckdharry, il n’a pas fait fi de l’ultimatum lancé par l’Ordre des avocats et a envoyé une correspondance hier dans laquelle il réitère sa démarche. Il devra patienter jusqu’au 5 octobre, date à laquelle l’affaire sera appelée devant la juge Shameen Hamuth- Laulloo avant d’être fixé sur la décision du Bar Council de le suspendre ou non. L’Ordre des avocats communiquera alors sa position.

Par ailleurs l’avocat-parlementaire a adressé une correspondance hier au Bar Council pour justifier les raisons pour lesquelles le Bar Council ne devrait pas procéder à sa suspension. L’homme de loi explique que le Bar Council ne peut plus se prononcer sur ce litige car l’affaire a été référée à la Cour suprême et qu’il revient à l’instance judiciaire de trancher. L’avocat souligne qu’il a déjà logé deux affaires en cour, soit une demande d’injonction et une autre pour une révision judiciaire, pour contester la démarche du Bar Council. « My livelihood is at stake », soutient l’avocat parlementaire qui explique que sa suspension aura des effets sur l’administration de la justice car il a bon nombre de clients et plusieurs procès en vue. Ses clients risquent ainsi d’être pénalisés et devront se trouver un autre avocat.

Dans sa demande de révision judiciaire pour contester la décision du Bar Council de référer l’affaire à la Cour suprême, Me Teeluckdharry évoque une démarche « illégale ». « I am advised and verily believed that the first respondent (Le Bar Council) is wrong to invite me to show cause before its purported “Ad Hoc Committee” whose members are as yet unknown, especially when such purported “Ad hoc Committee” is not expressly or impliedly provided for by the law », ditil. L’ancien “Deputy Speaker” maintient que sa suspension n’est pas conforme à la loi. « I further state that the decision of the first respondent to consider whether or not I should be suspended from membership of the First respondent and to require me to show cause as to why I should not be suspended is, in the circulstances, ultra vires, illegal, Wednesbury unreasonable and erronous in point in law », fait-il aussi ressortir. Ce sont Mes Rishi Pursem, SC et l’avoué Me Zubeida Salajee SA qui représenteront le Bar Council.