(FILES) In this file photo taken on June 30, 2018, Emmanuel N'Djoke Dibango, known as Manu Dibango, saxophonist and Franco-Cameroonian singer of world jazz, performs during his concert at the Ivory Hotel Abidjan. - Veteran Afro jazz star Manu Dibango has been admitted to hospital suffering from the coronavirus, his official Facebook page said on March 18, 2020.. (Photo by Sia KAMBOU / AFP)

Manu Dibango, saxophoniste camerounais et légende de l’afro-jazz, est décédé en France des suites du Covid-19 à l’âge de 86 ans, a indiqué mardi à l’AFP Thierry Durepaire, gérant des éditions musicales de l’artiste.

L’auteur d’un des plus grands tubes planétaires de la musique world, « Soul Makossa » (1972), est la première célébrité mondiale à décéder des suites du virus. « Il est décédé au petit matin, dans un hôpital de la région parisienne », a dit M. Durepaire à l’AFP.

« Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible », peut-on lire sur la page Facebook de l’artiste, tenue par son entourage.

« Soul Makossa », le morceau qui l’a fait naître, a connu un étonnant destin. Ce n’était au départ que la face B d’un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l’équipe de foot du Cameroun à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations.

Repéré par des DJs new-yorkais, le titre a connu mille vies. Manu Dibango avait même accusé Michael Jackson de plagiat sur un morceau de l’album « Thriller ». Un accord financier avait finalement été trouvé.

jfg-pgr/pr/jg/sba