DST

Le Covid-19 est l’une des pandémies à avoir le plus affecté notre monde moderne. Toutefois, nous avons quand même su montrer de la résilience face à ce virus dévastateur…

Le confinement nous a permis de prendre conscience que le télétravail à Maurice n’est pas juste un mythe mais qu’il peut devenir une réalité qui profitera à beaucoup. En premier lieu, la compagnie aura moins de frais d’électricité et de transport à payer. De plus, le trafic routier diminuera et l’environnement de notre île paradisiaque en sortira gagnant. Par ailleurs, l’employé aura plus de temps pour s’occuper de sa santé, de sa famille et ainsi sera plus productif dans son travail. Cependant, les fournisseurs d’accès à Internet devront jouer le jeu et offrir une meilleure offre que celle déjà offerte. Le gouvernement, lui, devra faire plus d’efforts pour implémenter des points d’accès Wi-Fi gratuits à travers le pays afin que la connexion soit davantage accessible.

Autre leçon très importante : les différents ministères et autres compagnies, qui offrent principalement des services au public, peuvent le faire en ligne, favorisant ainsi plus d’efficience et moins de perte de temps. Avec l’Internet, on utilisera moins de papier. Le gouvernement n’aura qu’à s’assurer la mise en application des lois nécessaires pour sécuriser nos données. Une équipe technique devrait être mise sur pied pour développer des applications pour smartphones et tablettes user-friendly à l’intention de tous les ministères et organismes paraétatiques. Par ailleurs, l’État devrait encourager les PME à faire de même afin qu’elles aient les moyens nécessaires pour exposer leurs produits. Ainsi, de jeunes développeurs d’applications auront l’opportunité de faire montre de leur talent et accroître par là même leurs revenus.

Enfin, le « crash » financier d’Air Mauritius a été l’un des symboles forts de cette pandémie. En effet, notre « fierté nationale », mal gérée pendant tant d’années, connaît en ce moment les moments les plus sombres de son histoire. Ce « crash » est symbolique de ce qui pourrait arriver à d’autres compagnies paraétatiques et ministères si rien n’est fait pour limiter les gaspillages, placer des personnes compétentes à la tête de ces institutions et rendre plus efficace leur fonctionnement. Ainsi, les salaires mirobolants et autres ‘allowances’ et ‘duty free’ doivent être revus. Le recyclage et l’utilisation efficiente de l’énergie solaire et éolienne doivent de même être sérieusement étudiés par le gouvernement.

Nous nous retrouvons à un moment de notre histoire où nous n’avons pas droit à l’erreur. Après 52 ans d’indépendance, notre Premier ministre aura l’opportunité de graver son nom comme l’un des plus grands leaders que le pays ait connu. À lui de saisir cette occasion…