Dr Maharajah Madhewoo

Le Dr Maharajah Madhewoo, porte-parole du ‘‘Regrupma Travayer Sosyal’’, enverra ce mardi 12 décembre, sa plainte contre les cartes biométrique devant le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies (UNHRC). En effet, le candidat à l’élection partielle à débourser 300 000rs pour porter son combat au UNHRC.

C’est durant une conférence de presse que Dr Maharajah Madhewoo s’est exprimé contre le gouvernement Lepep sur la carte d’identité biométrique. « La bataille de la carte identité a toujours été un de mes combat depuis longtemps. Nous voyons ce gouvernement prendre des actions inappropriées envers les citoyens mauriciens, alors que l’opposition se croise les bras. Après son introduction, il y a quelques années, la carte Bio nous pose toujours problème. Le ‘‘Regrupma Travayer Sosyal’’ a toujours considéré la carte biométrique comme indésirable et qui peut créer le chaos », affirme le Dr Maharajah Madhewoo. Le porte-parole a également fait allusion au récent cas de fausses cartes identité en circulation comme une des lacunes des cartes biométrique. « En Estonie, par exemple, 50% de la population ont été victime de piratage de leur carte biométrique. Attendons-nous d’avoir une situation identique afin de prendre des sanctions ? » s’interroge Dr Maharajah Madhewoo.

« Je mettrai mon salaire de député à la disposition de tous ceux dans le besoin »

En vue de l’élection de ce week-end, Dr Maharajah Madhewoo, demande aux habitants du no18 de « mettre à la porte les parties traditionnelles. » Le candidat de The Liberals, a une fois de plus rappelé à la presse qu’une fois élue, il utilisera la totalité de son salaire de député pour aider les démunis. « Je suis là pour servir le peuple et je demande aux habitans du no18 de faire l’histoire afin d’amener la démocratie, la stabilité et la justice dans ce pays, » soutient le candidat.

En ce qui concerne son affidavit, déposé le 23 novembre 2017, Dr Maharajah Madhewoo a affirmé que le gouvernement lui réclame en ce moment Rs 1,9 millions qui ne compte pas payer. « L’État me réclame 1,9 millions alors que je me suis battue au niveau de la constitution. S’il le faut, j’irais une nouvelle fois à la private council, » affirme Dr Maharajah Madhewoo.