Quelque deux millions de musulmans effectueront à partir de dimanche le grand pèlerinage annuel à La Mecque, qui prend une dimension de plus en plus high-tech avec une multiplication d’applications mobiles pour aider les fidèles. Le hajj, un des cinq piliers de l’islam, se déroule alors que l’Arabie saoudite, un royaume ultra- conservateur, connaît des changements sans précédents. Les femmes ont ainsi été autorisées à conduire depuis le mois de juin, mais les autorités font preuve dans le même temps d’une grande fermeté face à toute voix dissidente.

Près de 1,7 million de pèlerins sont déjà arrivés des quatre coins du monde, selon des chiffres officiels publiés jeudi. Pour se retrouver dans cet événement d’une ampleur gigantesque, les pèlerins bénéficient d’un nombre croissant d’applications, en différentes langues, sur leurs téléphones portables. Les rituels commenceront dimanche et s’étaleront jusqu’à vendredi sous un soleil brûlant avec des températures dépassant les 40 degrés celsius.

En attendant, des centaines de milliers de pèlerins continuent d’affluer vers la ville sainte de La Mecque où les groupes portent des couleurs différentes selon leur pays d’origine, pour éviter de se perdre. Certains pèlerins poussent leurs parents âgés sur des fauteuils roulants, tandis que d’autres s’arrêtent pour acheter une glace ou avoir une discussion vidéo avec des proches à l’autre bout de la planète.

Rêve d’enfance
Pour beaucoup, il s’agit de leur premier voyage à l’étranger. De nombreux fidèles sont visiblement émus d’être si proches de la Kaaba, cette construction cubique au milieu de la Grande mosquée de La Mecque, considérée comme le saint des saints de ce lieu sacré. «Quand j’ai vu la Kaaba, vraiment, j’étais comme une plume», dit Famé Diouf, une Sénégalaise venue d’Amsterdam, en précisant qu’elle a «pleuré». «C’était mon rêve depuis l’enfance», renchérit Raja Amjad Hussein, arrivé du Pakistan. «Je n’ai pas de mots pour expliquer mes sentiments», dit ce quadragénaire. «Pour chaque musulman, c’est
le plus grand rêve de sa vie de voir la Kaaba et de prier pour soi-même et pour toute la nation musulmane».

Le hajj commence par l’«Ihram», la sacralisation. Le fidèle ne doit porter que des pièces de tissu non cousues. Les femmes doivent être vêtues d’une robe ample avec seulement le visage et les mains exposées. Les pèlerins tournent autour de la Kaaba pour le rite appelé le «Tawâf» avant de se rendre sur la plaine de Mina et d’effectuer l’ascension du Mont Arafat, à l’est de la Mecque, moment fort du hajj.