Le Metro Express a été l’un des items à l’agenda de conseil municipal de Beau-Bassin/Rose-Hill, vendredi dernier. Le conseiller Zaed Nanhuck a interpellé le maire, Ken Fong, sur la fermeture aux automobilistes de la rue Barkly à Beau-Bassin, l’un des huit passages à niveau du tramway, en voulant savoir si Metro Express Ltd (MEL) a eu l’aval du conseil municipal. « Je me suis déplacé à la rue Barkly récemment et j’ai effectivement constaté que cette fermeture engendre pas mal d’inconvénients, et comptez sur moi pour en discuter avec le ministre Alan Ganoo et la TMRSU pour remédier à la situation », a promis Ken Fong.

Le bilan des ventes des commerces de la ville et les retombées du late night shopping durant les festivités de Noël et du Nouvel An ont également été abordés lors de ce conseil. Le conseiller Olivier Barbe voulait savoir si Ken Fong a rencontré l’Association des Commerçants et d’autres parties prenantes pour faire un debrief.

En réponse, le maire s’est appesanti sur les facilités offertes par la mairie aux commerçants, à l’instar des équipements de sonorisation, la lumière et des posters. Ce qui a eu le don d’agacer Olivier Barbe, qui est revenu à la charge pour que le maire réponde à la question initiale qui était de savoir s’ « il avait sollicité une rencontre avec cette association. » Ce à quoi, Ken Fong a répondu vertement : « Il n’y a pas eu de rencontre avec l’Association des commerçants, qui est un petit groupe d’amis éternellement insatisfaits. Nous leur avons donné toutes les facilités, mais il est regrettable que certains prétendent que je “soutire” certains marchands ambulants et des marchands qui vendent des pétards dans la rue. If you have any proof, come and I will resign immediately ! Nous avons donné des directives claires à la police pour agir. Si la police ne pas fait son travail, est-ce à la mairie de porter le chapeau ? Pas du tout . »

Olivier Barbe a ensuite répliqué en enjoignant le maire de « ne plus traiter les commerçants de la ville d’éternels insatisfaits, car c’est contre l’éthique d’un premier magistrat de la ville. »