Le Medical Council (MC) n’est pas insensible aux allégations de négligence médicale, assez fréquentes de nos jours. Selon le MC, la majorité des cas qui lui ont été rapportés au cours de ces dix dernières années concerne les gynécologues/gynécologues obstétriciens.
Tout en soulignant que plusieurs allégations au sujet des spécialistes se révèlent infondées après enquête, l’Ordre des médecins trouve qu’il est nécessaire de mettre en place un système permettant une vérification régulière de leurs compétences. Cela ne peut se faire, indique-t-on, sans un amendement à la loi régissant le fonctionnement du MC.

À ce jour, un médecin décrochant un diplôme de spécialiste dans un domaine précis et qui veut exercer comme tel à Maurice ne peut le faire sans le permis nécessaire octroyé par le MC. Mais ce médecin devra d’abord, comme l’exige la Medical Council Act, prendre part à un examen oral conduit par le Postgraduate Medical Education Board. Cette instance composée, de trois personnes, a pour tâche d’évaluer le savoir et les compétences de l’aspirant spécialiste dans la discipline qu’il souhaite exercer.