Le ministère de l’Égalité des genres a confirmé, par le biais d’une correspondance, qu’il n’y aura pas de privatisation des shelters tombant sous leur tutelle. De fait, la National Children’s Council continuera à gérer ces abris.

Depuis l’annonce, c’est le soulagement chez les employés des shelters, qui s’élevaient contre les projets de privatisation. « Nous nous réjouissions de la décision du ministère concerné et du gouvernement », a concédé Atma Shanto, représentant des employés des shelters.

Pour rappel, ils étaient une centaine d’employés à se dire dans le flou suite à une rencontre l’année dernière avec la National Children’s Council. « Li ti kler ki ti pou ena bann prosedir pou ‘take over’ bann shelter », a relaté Atma Shanto.

Des tentatives d’obtenir une rencontre avec l’ancienne ministre de l’Égalité des genres, Fazila Jeewa-Daureeawoo, à ce sujet s’étaient avérées vaines. Atma Shanto avait écrit une lettre au Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour réclamer son intervention sur ce dossier.

Le négociateur de l’Union of Employees of the National Children’s Council déplorait l’attitude de Fazila Jeewa-Daureeawoo qui, dit-il, faisait la sourde oreille face aux craintes des travailleurs des abris concernés, qui révoquaient cette décision. « La privatisation, c’est un business. Un shelter avec des enfants ne peut pas devenir un business », devait-il commenter.

Malgré l’annonce de la non privatisation, le négociateur concède que plusieurs aspects se rapportant aux opérations des shelters doivent être revus avec la National Children’s Council, notamment en ce qui concerne les conditions de travail des employés.