Capture d'écran de la conférence de presse du pape retransmise par le média KTO Télévision Catholique

« Je voudrais dire quelque chose de plus qui m’a tellement touché (de Maurice) : la capacité d’unité inter-religieuse et de dialogue inter-religieux », a déclaré le pape François en conférence de presse à bord du vol papal entre Antananarivo (Madagascar) et Rome (Italie), le mardi 10 septembre.

« On n’efface pas la différence de religion », a-t-il observé. « Mais on souligne que nous sommes tous frère et que nous tous devons parler. Cela est un signe de maturité (de Maurice) ».

Comme exemple de cette unité, le pape François est revenu sur une anecdote qui l’a marquée. « La première chose que j’ai trouvé en entrant dans l’épiscopat est un très beau bouquet de fleur envoyé par le grand imam ».

« Des frères. La fraternité humaine est à la base et respecte toutes les croyances. Le respect religieux est important », a relevé le pape. « Le Premier ministre m’a dit : ‘ici quand l’un demande de l’aide, nous donnons la même chose à tous et personne ne s’offense, car ils se sentent frères' ».

Chagos.

Questionné par notre confrère Jean-Luc Mootoosamy, le pape a parlé de la décolonisation, avec en toile de fond le contentieux entre la Grande-Bretagne et Maurice sur les Chagos. Il a rappelé l’importance « d’obéir » aux institutions internationales, comme « les Nations unies » et « le tribunal international ».

« Quand il y a des luttes internes ou entre pays, si l’on va devant ces juridictions, on peut résoudre ces problèmes comme des frères civilisés », a-t-il déclaré.

Le pape François a également averti contre le prosélytisme, qui « vaut pour la politique, pour le monde du sport, pour tout cela, mais pas pour la foi ». De son escale à Maurice, Madagascar et au Mozambique, il retient l’image d’un « peuple convoqué par lui-même ».

Revenant notamment sur son passage à Rio de Janeiro, Brésil, il a confié s’être senti « humble et tout petit » devant la masse de fidèles réunis. « Et quel est le signe qu’un groupe de gens forme un peuple? La joie ».

Pour rappel, le pape François a effectué une visite éclair à Maurice le lundi 9 septembre. Durant la messe à Marie Reine de la Paix, il a fait un vibrant plaidoyer pour que soit accordée de la place aux jeunes, mais aussi pour une nouvelle culture économique.

Il s’est également recueilli au caveau du père Laval, à Ste Croix, avant d’être reçu à la State House, à Réduit, par la présidence.

L’intégralité de cette conférence de presse ici.