L’Assemblée nationale est entrée hier soir en vacances, et ce jusqu’au 16 octobre prochain, soit dans dix semaines. La séance d’hier a été consacrée aux débats sur la motion privée déposée par le leader du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo. Deux intervenants, à savoir le ministre Etienne Sinatambou et le député travailliste Arvin Boolell, ont eu l’occasion d’exposer leurs points de vue sur la nécessité d’une réforme constitutionnelle. Les débats ont été ajournés à une autre séance de Private Members Motion Day.

D’autre part, l’ancien Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry a dédouané le député travailliste au sujet de la motion présentée par le Deputy Chief Whip Ravi Rutnah contre le député rouge pour le délit de “Contempt of Parliament”. Cette motion avait été présentée par Ravi Rutnah, dans laquelle il affirmait que Shakeel Mohamed avait tenu des propos qui mettaient en doute l’impartialité de la Speaker, Maya Hanoomanjee. Ravi Rutnah avait, le 15 mai dernier au Parlement, demandé que l’affaire soit référée au bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP).

Sanjeev Teeluckdharry était accompagné de ses hommes de loi, Mes Neelkanth Dulloo et Anoup Goudary, hier après-midi aux Casernes centrales. Selon l’ex-Deputy Speaker, « after listening to the whole radio program, I am now of the considered opinion that when read as a whole, the statement of Hon. Mohamed does not amount to a contempt of Assembly ». Il aurait dans la foulée avancé qu’il s’agit d’une perception de la manière dont Shakeel Mohamed s’est exprimé. Et d’ajouter que « he was left with a sense of grievance with no remedy in view of the archaic provisions of the Standing Orders ».

L’ex-Deputy Speaker est d’avis que « la police ne doit donner aucune suite à cette affaire ». Ce scénario et cette posture adoptée par le député du MSM devraient faire sourciller certains à l’hôtel du gouvernement.