photo d'illustration

Le Road Traffic (Amendment No 3) Bill, présenté par le ministre des Infrastructures publiques et du Transport intérieur, Nando Bodha, a été voté par le Parlement hier. Il vise à introduire le permis de conduire numérique. Il permettra ainsi à tout conducteur de payer son “Fixed Penalty Notice” dans n’importe quelle cour de district et d’autoriser une tierce personne à payer une amende par voie électronique.

Pour le ministre des Technologies informatiques, Yogida Sawmynaden, avec ce projet de loi, « Maurice fait son entrée dans le cercle des pays qui sont bien en avance » concernant les projets digitaux. Il est à noter que les députés Bashir Jahangeer et Shakeel Mohamed, dont les noms figuraient sur la liste des orateurs, étaient absents du Parlement hier.

Pour le député Rampertab, l’introduction de ce permis est « historique » car « il met fin à tout risque de fabrication de faux permis » de conduire, rappelant ainsi que l’actuel permis « a ses limitations en termes de durabilité ». Ainsi, en Angleterre, dit-il, le permis de conduire est « sous forme de Digital Card tout comme notre carte d’identité » nationale. En outre, avec le permis de conduire numérique, « il serait également possible d’inclure le nom de la police d’assurance ainsi que détails des précédentes infractions ».

En Angleterre cependant, ne sont uniquement inclus que des renseignements basiques, tels que la date de naissance, le nom, le numéro et la date d’émission du permis ainsi que la catégorie de véhicules concernés. « Cette carte est sécurisée et ne peut pas être falsifiée. » Le “Digital Licence” peut aussi être disponible sur smartphones. Il dit cependant souhaiter qu’avec l’introduction de ce système, « on ne renouvelle pas le chaos qui a vu le jour lors de l’introduction de la nouvelle d’identité nationale ».

Pour le député Dan Baboo, ce projet de loi démontre que le ministre Bodha « is running the race to the best of his capacity at the end of the government mandate ». Et de poursuivre : « Nous sommes maintenant habitués aux amendements apportés aux principales lois du pays “on a piece-meal basis”. »

S’il se dit d’accord avec le fait que le FPI puisse être payé par voie électronique, il se demande toutefois si toutes les cours de districts « auront accès aux informations » émanant de la Central Database. « Nous soulignons que c’est une très bonne initiative de venir de l’avant avec un permis de conduite digital. Mais je tiens à tirer la sonnette d’alarme sur le fait que nous allons trop vite, en si peu de temps, à la veille de la dissolution du Parlement. Cela soulève des questions pertinentes sur ce projet de loi à la va-vite », dit-il. Selon lui, le ministre aurait dû venir de l’avant « avec un projet de loi à part entière ».

Résumant les débats, Nando Bodha devait déclarer que son collègue de circonscription « ne semble pas être sur la même longueur d’onde » que lui. Le ministre devait souligner que la “Database” du Government On-line Centre « aidera à connaître le “roadworthiness” » du véhicule et à voir si le véhicule est en règle avec les compagnies d’assurances.

Selon le ministre, la force policière prendra un certain temps pour préparer les “Database” pour tous les véhicules. « Nous sommes en train de vivre actuellement avec les téléphones mobiles. C’est la première chose que nous voyons le matin et la dernière chose avant de nous coucher. Les smartphones disposeront d’une application pour le permis de conduire digital. Tous les détails virtuels du permis y seront disponibles », a conclu le ministre.