Le pigeon rose, aussi appelé pigeon des mares, a été déclassifié sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). L’espèce passe du statut d’endangered à vulnerable, 18 ans après sa dernière déclassification. En 2000, elle était passée de critically endangered à endangered. Ce nouveau downlisting reflète le gros travail abattu depuis plusieurs décennies afin de sauver de l’extinction cette espèce dont la population était descendue à seulement une douzaine d’oiseaux.

Aujourd’hui, la population avoisine les 400 individus, répartis dans les endroits suivants : Parc National, Pigeon Wood, Brise-Fer, Combo, Bel Ombre, Lower Black River Gorges, Pétrin, île aux Aigrettes, Vallée de Ferney et Ebony Forest.

Ce succès a été rendu possible grâce au travail de la Mauritian Wildlife Foundation, le National Parks Conservation Service, le Forestry Service, des organisations internationales comme le Chester Zoo et le Durrell Wildlife Conservation Trust, ainsi que des compagnies locales comme Ciel, à travers le CSR. “C’est une reconnaissance pour tous ceux qui sont impliqués dans le travail de protection du pigeon des mares au cours des dernières quarante années. Mais le travail ne s’arrête pas là. Cela nous encourage à aller de l’avant et d’atteindre l’objectif fixé de 600 pigeons des mares. Il y a encore du boulot à faire car le pigeon rose a beaucoup de prédateurs, a des problèmes d’habitat et des problèmes de nourriture dans certains endroits”, confie Vikash Tatayah, de la Mauritian Wildlife Foundation.

Notons que le pigeon rose fait partie des deux seules espèces d’oiseaux, avec le Northern Bald Ibis, originaire d’Afrique du Nord, à avoir été déclassifié cette année.