Le commandant Patrick Hofman

Les négociations avec la direction d’Air Mauritius demeurant sans issue, le commandant Patrick Hofman, mis à pied depuis le 6 octobre 2017 – suivant les quatre vols d’Air Mauritius annulés la veille – compte saisir la justice à nouveau. Il portera plainte, aujourd’hui, contre la compagnie d’aviation nationale pour “unfair dismissal.”

Cela fait, en effet, plus de six mois que le commandant patiente pour sa réintégration alors que ses deux autres collègues, révoqués comme lui en ce fameux 6 octobre, ont réintégré leur emploi, le premier Frédérick Gébert, deux jours après, et le second Bain Ulyate, en décembre dernier. Si la direction s’appuie sur les recommandations du comité ad hoc mis sur pied sous la présidence de Me Patrice Doger de Spéville, ce comité, qui a tenu une seule réunion avec le commandant Hofman, et considéré comme une “mascarade”, ne siège plus depuis l’année dernière. Il était question que les avocats des deux parties – celui d’Air Mauritius et celui de Patrick Hofman – parviennent à un accord.

Mais six mois après, c’est le statu quo. La réponse d’Air Mauritius, qui ne s’est pas présentée pour la énième fois devant le ministère du Travail en présence du représentant syndical de Patrick Hofman, Jack Bizlall, est toujours attendue. Las de cette attente interminable, le commandant a décidé d’avoir recours à la justice et portera plainte contre Air Mauritius pour “unfair dismissal.” Sa demande de “judicial review” de la décision du bureau du Premier ministre de lui enlever son permis de résident sera, elle, entendue le 14 juin devant le chef juge.