Le Cercle de Joachim s’engage cet après-midi au stade George pour la première fois dans la Ligue des Champions d’Afrique. Sauf que, pour son baptême de feu, les champions de Maurice n’ont pas été gâtés par le sort, en étant tirés contre les Tanzaniens de Young Africans. Quel visage présenteront les Curepipiens au moment d’entrer sur la pelouse à 15h30 ?
Si le Cercle de Joachim part avec un désavantage, c’est bien celui de l’inexpérience. Abdel Ben Kacem, l’entraîneur curepipien, le reconnaît. Cependant, l’objectif des champions de Maurice est de montrer le maillot. « On veut faire un bon match. Nous n’en sommes qu’à notre première participation », rappelle-t-il.
Sur quoi se reposera le Cercle pour espérer faire un bon résultat à l’aller ? Sur une attaque améliorée. C’est dans cette optique d’ailleurs que le club a signé, lors du mercato de janvier, l’ailier droit du CSSC Fabien Pithia. Mais aussi une ligne défensive renforcée avec l’arrivée de l’international latéral Christopher Bazerque.
Il faut toutefois reconnaître que les choses ne s’annoncent guère faciles pour le Cercle de Joachim, qui voit deux éléments pointer à l’infirmerie. Donovan Bordelais et Percy Buckland sont en effet incertains pour la rencontre d’aujourd’hui. « Percy s’est toutefois entraîné avec le groupe », précise Abdel Ben Kacem.
En outre, le groupe a perdu son gardien Christopher Caserne, parti rejoindre la D1 avec Roche Bois Bolton City. Il a été remplacé par Godfred Abrefa, l’un des trois anciens portiers du club congolais Tout Puissant Mazembé. Un atout confiance pour les Curepipiens ? Peut-être, surtout s’il arrive à rayonner encore plus sur le terrain.
Cela dit, les troupes de Joachim ont préparé la rencontre avec le plus grand sérieux, s’appliquant à l’entraînement. « Les garçons ne veulent pas rater leur entrée en matière. » Ce qui, en d’autres mots, veut dire que les coéquipiers de Guiyano Chiffone veulent gagner.
Les Yanga, surnom donné aux Young Africans, se prévalent d’une belle carte de visite sur le plan africain. Mais voilà, ils ont passé une seule fois le deuxième tour. C’était en 1998. « Pour l’instant, on ne connaît pas grand-chose de l’équipe. » Mais c’est surtout l’expérience qui compte dans ce milieu. Avec 20 titres de champions de Tanzanie dans les bagages, dont le dernier remonte à 2015, les Yanga ne viendront pas avec l’intention de faire du tourisme.
En outre, l’équipe semble assez cosmopolite, même si la plupart des joueurs étrangers viennent du continent. Avec le Serbe Kostadin Papi à la barre, les Young Africans pourraient donner bien du mal au Cercle de Joachim. D’autant qu’ils sortent d’une série de trois victoires, un nul et une défaite. Mieux : ils sont actuellement leaders du classement, avec un point d’avance sur les Simba, l’éternel rival, tout en comptant une différence de 10 buts.
Face à une équipe qui possède la meilleure attaque de son pays, le Cercle de Joachim ne devra donc pas prendre de gants. « Les joueurs ne veulent pas rater le premier rendez-vous. Ils veulent gagner et montrer une bonne image du football mauricien », conclut Abdel Ben Kacam.