Le MSM a donné, vendredi dernier, lors d’un point de presse, son opinion en ce qui concerne la légalisation de l’avortement dans des cas spécifiques. Le leader du parti, Pravind Jugnauth, qui se prononce « pour », insiste qu’au sein du parti, chaque membre est libre de son opinion. Toutefois, pour les membres de ce parti, le projet de loi, tel que présenté, suscite certaines interprétations qui posent problème.
Interrogé sur le sujet, Pravind Jugnauth a laissé entendre qu’à son avis, les femmes doivent avoir le choix. Néanmoins, les interrogations du MSM subsistent notamment en ce qui concerne la capacité de prouver qu’il y a effectivement eu viol, par exemple, dit le leader, faisant ressortir que dans ces cas précis, il faudra attendre les conclusions d’une enquête policière et de la Cour, qui peut se prononcer 4 à 5 ans après l’événement. Le MSM au pouvoir aurait agi autrement avant de présenter un tel projet de loi, indique Pravind Jugnauth, qui laisse entendre qu’il aurait fallu avoir fait circuler un draft bill pour permettre à toutes les parties concernées de donner leur opinion dans un délai raisonnable avant de travailler le bill et de le proposer en première lecture. Toujours est-il qu’au MSM, chacun est libre de son opinion, comme cela est le cas en ce qui concerne les crimes atroces et l’application de la peine capitale, a précisé  Pravind Jugnauth, qui souhaite également un durcissement de la loi relative à la criminalité, principalement en ce qui concerne les meurtres atroces.
Au sujet de l’affaire de Bois de Rose, le leader du MSM parle de véritable désaveu des propos du Premier ministre, qui indiquait au Parlement qu’il existerait un enregistrement alors que la brigade anticorruption malgache soutient le contraire. Selon Pravind Jugnauth, le gouvernement est en train de créer une diversion des scandales qui l’affectent en faisant accroire qu’un membre de l’opposition y est impliqué. Le MSM estime que deux semaines après la reprise parlementaire, le gouvernement se retrouve encore acculé, miné par des scandales en série. Pour Pravind Jugnauth, il s’agit d’un gouvernement qui ne veut pas dire des vérités sur des scandales. Il cite en exemple le PM Navin Ramgoolam qui a refusé de donner des renseignements sur Medpoint, comme ce fut le cas la semaine précédente sur l’affaire Roches-Noires. Le MSM dit suivre le rôle du Speaker de près. Le leader du MSM commente aussi le comportement au Parlement, mardi, du ministre Shakeel Mohamed qu’il trouve inacceptable. Le député Mahen Seeruttun n’a, à aucun moment, fait référence à son épouse, affirme-t-il.
Se disant choqué par ce qui se passe actuellement dans le pays, le leader du MSM revient également sur la situation de Law & Order. Pour Pravind Jugnauth, seul le PM ne reconnaît pas la situation alarmante qui se détériore chaque jour. Il soutient qu’avec la hausse des agressions, viols, cambriolages, braquages, escroqueries…, la population vit dans une terreur quotidienne. Le peuple attend une réaction du PM, dit le leader du MSM, qui estime que le Law & Order n’est pas une question politique car elle concerne toute la population.