Le candidat UMP (Union pour un mouvement populaire) Alain Marsaud a été élu député des Français à l’étranger pour la 10e circonscription, dont Maurice fait partie, au second tour des législatives françaises hier. Le candidat a devancé son adversaire Jean-Daniel Chaoui par plus de 1 500 voix. Alain Marsaud a pour suppléante la franco-libanaise Fabienne Blineau-Abiramia.
Le taux de participation aux élections à Maurice a été de 25,3 %, un taux qui serait supérieur à la moyenne dans la circonscription numéro 10. Les deux candidats en lice pour ce deuxième tour étaient Alain Marsaud et Jean-Daniel Chaoui. À Maurice, ils ont recueilli respectivement 1 069 voix (62,3 %) et 647 voix (37,7 %). Sur toute la circonscription les scores sont de 9 737 voix pour Alain Marsaud et 8 163 voix pour Jean-Daniel Chaoui.
Magistrat de profession, Alain Marsaud a été procureur de la République et juge d’instruction. Il a été élu député à deux reprises et est un cadre dirigeant d’une entreprise privée.
Lors de la campagne, il devait s’engager à défendre les droits des Français à l’étranger. « Il nous faudra répondre aux justes préoccupations des Français en tenant compte, cependant, de l’état de la nation et de ses capacités d’interventions forcément limitées », disait-il alors.
Les cinq points clés sur lesquels Alain Marsaud a fondé sa campagne sont : l’uniformisation de la qualité des services consulaires ; l’amélioration de l’accès à l’éducation des enfants ; l’assurance donnée pour le droit aux soins et à la protection sociale ; le renforcement de la sécurité dans les zones à risques, et l’accompagnement de ceux et celles qui reviennent en France par « un système de guichet unique ». Cela permettrait, estime-t-il, de gérer l’ensemble des problèmes administratifs, de fiscalité, de sécurité sociale, de retraite et « tout simplement de nouvelle implantation en France ». Il prend l’engagement de combattre l’image des Français hors de France qui sont qualifiés « injustement d’exilés fiscaux », face à ce qu’il qualifie de « projet socialiste de créer un impôt spécial pour les expatriés » – une lecture du programme du PS contestée par son adversaire Jean-Daniel Chaoui.
Alain Marsaud a pris l’engagement de faciliter les démarches administratives des Français à l’étranger avec la mise en place d’un guichet unique et par « un service à distance avec des agents mobiles ». Il souhaite une administration ouverte sur l’extérieur par un accueil convivial tout en prenant en considération les impératifs de sécurité inhérents à certains pays.
Sur le plan de la sécurité, M. Marsaud constate que des menaces accrues planent sur la circonscription. Il estime qu’il faudra améliorer la coopération judiciaire et policière par des accords nouveaux. « Il nous faut assurer un suivi géographique fiable de la présence de nos compatriotes, par l’amélioration du système ARIAL, afin d’être réactif en cas de crise ».
Au niveau de l’éducation, Alain Marsaud s’engage à poursuivre son amélioration notamment avec la prise en charge gratuite de l’enseignement au lycée et au collège. « Nous créerons un système de parrainage pour les jeunes Français qui décident de poursuivre leurs études en France et se retrouvent bien souvent seuls et en difficulté d’adaptation à un univers différent », écrivait-il dans sa lettre de campagne. Le candidat a aussi promis l’assurance d’un « droit aux soins et à la protection sociale, en particulier pour les plus démunis de nos compatriotes en réaménageant l’Aide Médicale d’État (AME) au profit des Français établis hors de France, souvent privés de couverture médicale ». Alain Marsaud parle aussi d’un projet pour mettre en place un système de télé-assistance, par internet ou téléphone avec des médecins français « en particulier dans les zones d’Afrique, démunies de structures médicales satisfaisantes ».
C’est la première que les Français à l’étranger élisent un député au suffrage universel direct pour les représenter à l’Assemblée nationale française. En 2010, suite à un redécoupage électoral, le monde a été divisé en onze circonscriptions et chacune compte un député à l’Assemblé nationale. Ils représentent les 2,3 millions de Français vivant hors de France. Cette dixième circonscription à laquelle appartient Maurice couvre 49 pays d’Afrique et du Moyen Orient à l’exception d’Israël. Elle compte environ 148 000 inscrits sur les registres consulaires, dont un peu plus de 7 000 à Maurice.