Alors que les consommateurs fustigent la hausse des prix des légumes, la Market Traders Association (MTA) rejette la faute sur les prix pratiqués lors des ventes à l’encan. Selon son président, Isoop Soobadar, les « prix élevés » des légumes lors de ces ventes obligent les maraîchers à revoir les leurs à la hausse.
La livre de pommes d’amour est vendue à Rs 90 alors que le prix fixé pour le patisson est à Rs 100. Le concombre, lui, se vend à Rs 40 alors qu’un chou peut être acheté à partir de Rs 25. Une hausse de 20% enregistrée du côté des légumes, et ce bien que le passage d’Edilson n’ait pas occasionné de dégâts importants aux cultures. Toutefois, soutient Isoop Soobadar, le passage du cyclone n’est pas responsable de cette hausse. « Ce sont les prix pratiqués lors des ventes à l’encan qui obligent les maraîchers à revoir leurs prix à la hausse », soutient-il. Et d’expliquer que les prix des légumes prennent en considération plusieurs facteurs, à l’instar des frais de transport. « La hausse que l’on note actuellement est raisonnable car, en fin de compte, nous n’avons pas le choix », laisse-t-il entendre.