Tant de projets et de rêves brisés depuis que son mari s’est suicidé. Bientôt dix ans depuis que cet acte irréparable a chamboulé la vie de Leila. Elle venait de donner naissance à leur deuxième enfant. Ce jour fatidique, elle ne l’oubliera jamais. Elle se souvient du moindre détail, et surtout des derniers mots échangés avec lui.
D’une voix douce et tremblante, entre larmes et sourire, elle pose son regard sur ses enfants jouant à ses côtés, et nous livre son témoignage…
“Je ne sais pas si le plus dur, c’est de tenir le rôle de la maman et de papa pour mes enfants ou d’avoir perdu mon mari, mon premier amour, dans des circonstances aussi tragiques. Une chose est sûre : malgré les années qui passent, on ne s’en remet pas. On ne peut pas effacer cette souffrance.
Cette douleur, je dois vivre avec. D’ailleurs, je n’ai pas vraiment le choix. Mes enfants n’ont pas cherché à grandir ainsi. Même si c’est dur, je ne peux pas baisser les bras, me morfondre, arrêter de vivre. Car chaque jour, il faut se lever, partir au travail, prendre soin de mes enfants et être présente pour eux.