« Rezistans ek Alternativ konstate ki bann konsiltasyon ant bann parti politik ek politisyen ki finn konform zot mem a lozik kominal dan bann dernye eleksyon, li plis resanble enn konspirasyon pu mintenir la lozik kominal dan sistem politik, ki ot soz. Tu dimunn ki konplis dan sa kalite konsiltasyon konspirasyonist-la bizin asim zot responsabilite divan listwar », s’appesantit Rezistans ek Alternativ, qui demande aux partis politiques de rendre publiques leurs propositions de réforme électorale.
Rezistans ek Alternativ préconise une Assemblée nationale, composée de 90 membres, dont 62 sous la formule de First Past the Post, et 28 sur la base des proportionnelles. Les conditions pour se qualifier sous les proportionnelles sont que le parti doit aligner 50% d’hommes et 50% de femmes sur sa liste et être représenté par 60 candidats dans les 20 circonscriptions. Rezistans ek Alternativ rejette tout seuil pour les proportionnelles, avec ainsi un minimum automatique de 3,6% de votes pour un élu sous cette formule.
D’autre part, dans le contexte des tractations et de consultations politiques, Rezistans ek Alternativ formule une série de questions à l’adresse du PM, Navin Ramgoolam, et du leader de l’opposition, Paul Bérenger, dans le sillage des déclarations de ceux-ci rejetant l’obligation à tout candidat à des élections générales de décliner son appartenance communale. Les questions sont les suivantes:
Le PM et le leader de l’oppostion rejettent cette obligation de déclaration communale des aspirants-candidats. Peut-on savoir si l’Etat et l’Electoral Supervisory Commission réclameront les frais pour l’appel interjeté devant le Privy Council après le jugement de la fin de l’année dernière? Le délai pour la soumission de ces coûts expirera mardi prochain.
Si Ramgoolam est d’accord pour éliminer cette déclaration communale, pourquoi avoir financé tout un arsenal de conseils légaux pour défendre le même système devant le Conseil Privé?
Navin Ramgoolam et Paul Bérenger peuvent-ils prendre l’engagement public avant le 12 mars à l’effet que pour le prochain Nomination Day, ils ne vont pas déclarer leur appartenance communale en faisant acte de candidature?
Navin Ramgoolam et Paul Bérenger peuvent-ils préciser si leur nouvelle prise de position contre la déclaration communale n’est pas seulement due au fait qu’ils se rendent tout simplement compte que le système est condamné à brèves échéances?
Comment peuvent-ils réconcilier l’élimination de la classification communale toute en maintenant le Best Loser System communal?
Rezistans ek Alternativ maintient que l’ultimatum pour un projet de réforme électorale expire le12 mars prochain. « Passé ce délai, ces partis politiques s’exposent aux risques d’un Ruling défavorable du United Nations Human Rights Committee, qui se réunira du 12 au 31 mars. Ils devront également faire face à un Constitutional Challenge en Cour suprême comme il a été préconisé par le Privy Council et affronter une campagne de désobéissance civile anti-communale », avancent Ashok Subron et Ian Jacob.