Le conseil d’administration de Mauritius Telecom (MT) a décidé d’accorder un back-pay aux 131 employés qui s’étaient retrouvés « pénalisés » après les conclusions du rapport du Commissaire salarial Balgobin, dans lequel ils avaient bénéficié d’arriérés de six mois seulement. La Mauritius Telecom Employees Association (MTEA) se réjouit d’un tel dénouement et parle même de « fait historique».
Dans le dernier rapport salarial rédigé par la juge Premila Balgobin publié en mai dernier, les 131 employés n’ayant pas opté pour le rapport du Commissaire salarial Appana en 2008, avaient bénéficié, dans le cadre de l’exercice d’arbitrage au sujet des conditions de salaires et des avantages pour la période 2012-2016, d’arrérages de six mois seulement. Ce qui avait donné lieu à une levée de boucliers au niveau des syndicalistes qui sont allés jusqu’à contester les conclusions de la juge et demandé un back-pay remontant à juillet 2008 pour ces 131 salariés. Cette décision, selon les syndicats, avait provoqué un « sentiment de frustration » parmi ces employés envers lesquels ils considéraient qu’une énorme « injustice » avait été commise.
Au cours des discussions en 2012-2013 entre les trois syndicats – La Mauritius Telecom Employees Association (MTEA), la Telecommunication Employees and Staff Association (TESA) et la Telecom Workers Union (TWU) – et la direction de MT pour négocier sur les conditions salariales et les benefits, les différentes parties étaient parvenues à un deadlock avec des éléments restés en suspens, dont l’intégration dans la nouvelle grille de conditions des 131 employés qui n’avaient pas opté pour les conditions de la période 2008-2012 du Commissaire salarial Appanna. Ce qui a conduit à l’arbitrage, un accord final n’ayant pu être conclu entre la direction de MT et les trois syndicats des employés de la compagnie.
Le conseil d’administration de MT a agréé au paiement des arrérages en fin de semaine, de même qu’au paiement du profitablity bonus pour les années financières 2012 et 2013. Dans le camp des syndicats, cette nouvelle a été accueillie favorablement. Mais afin que cette mesure prenne effet, les trois syndicats devront d’abord signer l’accord collectif. C’est seulement après la signature de l’accord prévue pour la semaine prochaine que le décaissement devrait être effectué, selon nos sources. Pour l’heure, la MTEA a déjà signifié son intention d’apposer sa signature au collective agreement.
La MTEA parle en effet de dénouement et de fait historique dans un contexte particulier où les conclusions de la juge étaient sans appel. « Nous apprécions la démarche du président du conseil d’administration de Mauritius Telecom, Asraf Dulull, du CEO Sarat Lallah et des haut-cadres de Mauritius Telecom d’avoir agi sur une base humanitaire comme nous l’avons toujours réclamé », commente Raj Rughoonauth, président de la MTEA.