Intervenant hier après-midi au Charles Regnaud Multi Purpose Complexe, à Eau-Coulée, Curepipe, dans le cadre du jubilée d’argent de la Probation Home for Girls, la ministre de la Sécurité sociale, évoquant les dernières statistiques publiées par Statistics Mauritius, s’est félicité de la baisse du niveau de la criminalité à Maurice. Sheila Bappoo n’a pas manqué d’égratigner l’Opposition qui « pense toujours le contraire ».
« Se enn fe indeniab ki to kriminalite pe bese partou dan lemond, ki li dan bann pei avanse ou dan bann pei kouma Moris ki ape konn enn faz de developman avanse, ek dan nou sosiete akot pe vinn de pli zan pli sofistike », a lancé la ministre Bappoo à une assistance d’une cinquantaine de personnes comprenant, entre autres, le Permanent Secretary de son ministère, Bojrazsing Boyramboli, les responsables du Probation and After Care Service de son ministère (dont le Commissaire Serge Montille), ceux du Probation Home for Girls et de sa présidente, Sheila Baguant, les trois jeunes internes de cette institution, entre autres.
Sheila Bappoo est d’avis que le gouvernement a démontré « son sérieux » dans sa lutte pour faire baisser la criminalité en initiant des mesures concrètes. « Ena enn volonte politik gouvernman ek du Premie minis, le Dr Navin Ramgoolam, an partikilie, ki finn touletan dir ki sa bes dan to kriminalite, li atribie li a bann mezir ki finn pran par so gouvernman depi 1995 », a-t-elle précisé. Elle avait auparavant successivement évoqué une récente déclaration du PM à l’Assemblée nationale, un récent article du magazine britannique The Economist et la récente publication de Statistics Mauritius sur la question.
La ministre Bappoo attribue pour sa part cette baisse dans le taux de criminalité à une réorganisation de la force policière avec notamment la mise sur pied du Scene of Crime Office (SOCO) et une politique de proximité envers la communauté, à l’installation de caméras de surveillance un peu partout dans l’île, à l’utilisation des tests d’ADN et de celle des dernières technologies informatiques.
L’intervenante n’a pas manqué d’égratigner l’Opposition parlementaire. « Me tou le samdi nou tann politikayri l’Opozisyon ki pans touzour lekontrer de seki statistik raporte. Me erezman zot pou touzur fini dan loubli », a-t-elle lancé.
Parlant du Probation Home for Girls, Sheila Bappoo a rendu un hommage appuyé à Sheila Bagurant l’actuelle présidente. « Elle est un véritable modèle du travailleur social et du volontarisme. Elle a été l’initiatrice de ce Home pour filles qu’elle avait lancé le 8/8/1988 et dont elle a été la première présidente », a-t-elle rappelé.
Concernant le Home, la ministre a insisté sur l’importance de la formation du personnel. « La formation professionnelle des officiers des centres de réhabilitation des jeunes délinquants est primordiale », a-t-elle insisté. « Et l’éducation, la formation, l’écoute et les conseils psychologiques ainsi que les loisirs restent une priorité dans le cadre de la réhabilitation et de la réinsertion sociale des internes », a-t-elle ajouté.
Évoquant les maux sociaux qui affectent notre pays, la ministre a dénoncé « l’irresponsabilité et la démission » de certains parents. Elle a rappelé la nécessité de renforcer les programmes de formation des parents, à travers notamment le National Parental Empowerment Programme et la protection des enfants à travers les School Child Protection Clubs et le programme de Community Child Watch, programmes qu’elle avait lancés quand elle était au ministère de l’Égalité des genres, du Bien-être famillial et de la Protection des enfants.
La présidente du Probation Home for Girls, Sheila Baguant a pour sa part rappelé les démarches et les difficultés pour lancer le projet 25 ans de cela. Le Commissioner of Probation and After Care, Serge Petit, a de son côté élaboré sur la nécessité de faire preuve de compassion en s’occupant des adolescents en difficulté.