Britain's Prime Minister and leader of the Conservative Party, Boris Johnson speaks during a campaign event to celebrate the result of the General Election, in central London on December 13, 2019. - Prime Minister Boris Johnson on Friday hailed a political "earthquake" after securing a sweeping election win, which clears the way for Britain to finally leave the European Union next month after years of political deadlock. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Plus haut de l’année à Paris, record historique approché à Francfort et nettes hausses partout: les places boursières mondiales saluaient vendredi la large victoire des conservateurs aux élections britanniques qui devrait permettre de trancher une bonne fois pour toutes la question du Brexit.

A l’ouverture, le CAC 40 a d’emblée franchi son niveau le plus haut de l’année, en hausse de 1,44% à 5.968,86 points, se rapprochant des 6.000 points qu’il n’a plus franchi depuis juillet 2007.

A Francfort le Dax s’approche de son record historique (13.559 points en séance), avec une ouverture en hausse de 1,22% à 13.383,26 points.

Si la Bourse de Londres a ouvert en repli, ralentie par une livre sterling forte qui pénalise les multinationales, elle a très vite renoué avec la bonne humeur générale puisque le FTSE-100, son indice vedette, prenait 1% dans les premiers échanges.

Le FTSE-250, qui représente davantage l’économie britannique, bondissait quant à lui de 4,5%, signe de l’optimisme du marché sur le Brexit.

La Bourse de Milan suivait la même tendance avec une ouverture en hausse de 1,38% tandis que l’IBEX 35 à Madrid (+1,52%) et l’AEX à Amsterdam (+0,94%) gagnaient tous deux du terrain.

Cette grande euphorie des marchés s’explique surtout par la large majorité obtenue par les conservateurs britanniques aux élections législatives  qui laisse supposer qu’un +soft+ Brexit devrait être mis en oeuvre.

« Après plus de trois ans de retard, de procrastination et de féroces querelles, le brouillard du Brexit a finalement commencé à se dissiper avec la large victoire du gouvernement conservateur actuel », pointe Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

« Les péripéties sont loin d’être terminées, en fait, l’épopée du Brexit ne fait que commencer, trois ans après le référendum de juin 2016 », prévient néanmoins Véronique Riche-Florès, économiste indépendante qui rappelle qu’une « longue période de négociations de l’accord commercial qui fixera les futures relations avec l’UE » va maintenant débuter.

Les investisseurs étaient déjà dans de bonnes dispositions jeudi après un tweet très optimiste de Donald Trump quant à la signature prochaine d’un accord commercial partiel entre Washington et Pékin.

Les Etats-Unis pourraient ainsi renoncer à imposer la nouvelle salve prévue de tarifs douaniers sur quelque 160 milliards de dollars de biens chinois (téléphones portables, consoles de jeux vidéo, vêtements de sport).

Les marchés asiatiques avaient donné le ton: la Bourse de Tokyo a clôturé en nette hausse de 2,55%, celles de Shanghai (+1,78%) et Shenzhen (+1,48%) ont également bondi.

Pleine d’espoir, l’indice Hang Seng à Hong Kong a aussi fini largement dans le vert, en progression de 2,57%.

burx-pid/aue/fc

burs-pid