Un document de 29 pages en date du 30 juillet dernier, confirmant des prévisions de profits bruts de Rs 4,7 milliards pour 2015 ou encore que les profits vont être supérieurs de 500 % aux prévisions initiales de cette année en raison de la manne de la baisse du cours mondial du pétrole, continue à faire des vagues. Ces Management Accounts du CEB révèlent également que le coût moyen de génération du kiloWattheure (kWh) devrait être de l’ordre de Rs 3.30 contre Rs 5.88 l’unité sur la facture de l’abonné, soit une plus-value de Rs 2.58. Ainsi, le dernier développement en date est que trois membres du management du CEB sont ciblés par une enquête disciplinaire instituée en vue de faire la lumière sur ces fuites d’informations avec des copies de ce document financier circulant avant même que les membres du board ne soient appelés à en prendre connaissance.
Des recoupements d’informations effectués auprès de sources concordantes avancent que selon la formule consacrée, ces trois hauts cadres ont été appelés formellement à donner à la direction du CEB les raisons pour lesquelles des sanctions ne devraient pas être prises contre eux dans cette affaire. Le principal reproche retenu dans le cadre de cette enquête suivie au plus haut niveau à l’hôtel du gouvernement est comment les détails de ces Management Accounts du CEB ont pu tomber dans le domaine public, notamment la presse, dont Week-End en date du 29 août dernier et surtout entre les mains du leader du leader de l’opposition, Paul Bérenger, au moment des échanges lors de la Private Notice Question sur le dossier du prix de l’électricité du mardi 22 septembre.
La présentation de ce document, qui maintient la tension au sein du CEB, avait été au centre d’échanges animés entre le vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie et le leader du MMM à l’Assemblée, avec des échanges de coups physiques entre parlementaires des deux côtés de la Chambre. Ivan Collendavelloo n’avait pas voulu concéder l’authenticité de ce document vu qu’il n’avait pas été avalisé par le conseil d’administration du CEB. À ce stade, il est difficile de dire à quel stade en sont les procédures disciplinaires instituées.
D’autre part, les Management Accounts du CEB basés sur la performance des cinq premiers mois de l’année sont révélateurs quant aux retombées positives de l’évolution en baisse du cours mondial du pétrole sur les finances de cet organisme. Ainsi, les profits bruts pour les douze mois de cette année sont estimés à Rs 4,7 milliards, soit Rs 2 milliards de plus que les prévisions établies initialement avec des soldes positifs de Rs 2,5 milliards, soit 500 % de plus que le budget d’origine du CEB. D’ailleurs, commentant le bilan financier pour les cinq premiers mois de l’année, le CEB confirme des recettes de Rs 6,7 milliards avec des profits de Rs 1,6 milliard tout en concédant que « this represents a favourable variance of Rs 1, 330.58 million, that is, 505 % of the budgeted profit for the five months ending 31 st May 2015 ».
Toutefois, l’aspect le plus crucial dans les analyses faisant partie des Management Accounts se situe au niveau de la comparaison des coûts de génération par kWh et le prix facturé aux abonnés, plus particulièrement les ménages. Le coût du kWh réclamé par le CEB aux abonnés représente une moyenne de Rs 5.88 à chaque fin de mois. Le coût de génération est nettement inférieur, soit de l’ordre de Rs 3.30, une aubaine de Rs 2.58 au profit du CEB. La comparaison est encore plus avantageuse pour le CEB, soit une plus-value de plus de Rs 3, avec le kWh produit à la centrale thermique de Terragen (Centrale Thermique de Belle-Vue) payé par le CEB à Rs 2.65 et l’unité de CEL à Rs 2.76.
Le prix par unité obtenu par Sarako, avec sa ferme voltaïque de Bambous, est deux fois la moyenne des IPPs, soit Rs 6.65, contre Rs 3.30. Pour les autres IPPs, en l’occurrence Alteo, OTEOLB (CTSAV) et OTEOSA (CTDS), le coût varie dans la fourchette de Rs 3.28 à Rs 3.77 le kWh.
Du côté des centrales thermiques du CEB, qui assurent 48 % de la consommation de courant électrique, le coût de génération par unité se décline comme suit :
Fort George avec 288,46 GWh pour les cinq premiers mois : Rs 3.27 l’unité
Fort Victoria-Wartsila (116,51 GWh) : Rs 3.92 l’unité
Fort Victoria (Man) avec 8,92 GWh : Rs 5.20 le kWh
St Louis – Wartsila avec 58,33 GWh : Rs 3.93 l’unité
St Louis Pielstick (11,19 GWh) : Rs 5.64 l’unité
Nicolay (turbines à gaz), 1, 02 GWh : Rs 39.15 le kWh
Hydro (76,48 GWh) : Re 1.41.
En tout cas, les Management Accounts du CEB au 30 juillet dernier, confirmant la bonne santé financière de cet organisme parapublic, l’un des rares à réaliser des profits dans la conjoncture, continueront à monopoliser l’attention de manière électrique que ce soit avec le projet annoncé d’une nouvelle tarification pour 70 000 foyers, conséquence du prix du baril de pétrole en baisse ou des décisions du comité disciplinaire pour ces fuites d’informations.