L’exercice financier 2015/16, après la parenthèse budgétaire de ce premier trimestre, devra être bouclé avec un déficit de 3,5%, soit sensiblement dans la même fourchette que pour les 12 mois de 2014 (3,2%). C’est ce qu’indique le Statement of Government Operations contenu dans le budget. Pour la prochaine année financière, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, s’attend à des recettes de Rs 87,6 milliards pour financer des dépenses globales de Rs 93,6 milliards. Le budget de développement devra assurer des dépenses de Rs 12,6 milliards contre des Capital Revenue de Rs 3,2 milliards, dont Rs 2,6 milliards à l’item des External Grants, laissant un trou de Rs 15,4 milliards à combler (3,5% de déficit).
Les Borrowing Requirements pour le prochain exercice fiscal sont estimés à Rs 16,2 milliards, avec aucune incursion sur le marché international annoncée. L’année dernière, les emprunts publics ont été de Rs 13,2 milliards, soit Rs 8,9 milliards sur le marché local et Rs 4,2 milliards à l’étranger. Fin juin de l’année prochaine, la montagne de la dette publique devra atteindre Rs 254,7 milliards, soit une augmentation de Rs 17 milliards par rapport au 31 décembre dernier.
Le principal item de revenus est généré par la taxe, soit Rs 77,8 milliards, dont Rs 19,5 milliards sous forme de taxes directes, avec Rs 8,4 milliards d’autres sources. Par contre, de l’autre côté du tableau, trois importantes poches de dépenses sont incontournables, dont les gages et salaires de Rs 26,9 milliards, en hausse de Rs 2,9 milliards, même si le budget ne fait nulle mention de ce que coûtera le prochain rapport du Pay Research Bureau (PRB), attendu à la fin de cette année, des bénéfices sociaux de Rs 24,1 milliards, en nette progression de Rs 5 milliards d’une année à l’autre avec la pension de vieillesse à Rs 5 000 depuis la fin de l’année dernière et des “Grants” aux corps para-étatiques et autres collectivités locales de Rs 18,2 milliards, soit une hausse de Rs 1,5 milliard comparativement à l’année dernière.
Le budget fait également état de prêts de l’ordre de Rs 2,8 milliards à être consentis aux corps para-étatiques de juillet 2015 à juin 2016 avec des remboursements de prêts de Rs 2,1 milliards de ces mêmes organismes.
Par ailleurs, le ministère de la Sécurité sociale est devenu le plus “budgétivore” avec des dépenses de Rs 17,7 milliards, en progression de Rs 4 milliards par rapport à l’année dernière. Les dotations budgétaires allouées à l’Éducation sont de l’ordre de Rs 14,7 milliards et à la Santé de Rs 9,7 milliards, représentant Rs 500 millions de plus que l’année dernière. La police se retrouve avec un budget de 7,9 milliards, soit Rs 1 milliard de plus qu’en 2014.
La situation budgétaire des plus importants services (Benchmark de Rs 2 milliards) s’établit comme suit :