Le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, a annoncé que l’éducation sexuelle sera inclue dans le curriculum du secondaire l’année prochaine. C’était lors du lancement de l’atelier pour la validation du Country Report sur le VIH, l’éducation sexuelle et les services de santé reproductive, hier.
Annoncé dans l’Education and Human Resources Strategy Plan 2008-2020, l’éducation sexuelle attendait depuis sa mise en application. Tout semble aujourd’hui prêt pour son introduction comme une matière à part entière dans les collèges l’année prochaine. C’est ce qu’a laissé entendre le ministre de l’Éducation en deux occasions cette semaine.
D’abord, il s’exprimait sur le rapport de l’Errors, Omissions and Anomalies Commission, samedi. Justifiant l’alignement salarial des enseignants du primaire avec ceux du secondaire, Vasant Bunwaree a précisé que les premiers nommés assument des tâches supplémentaires depuis un certain temps. Dans la foulée, il a annoncé que l’éducation sexuelle sera introduite au primaire l’année prochaine, pour les élèves de Std V et du CPE. « Le MIE a déjà travaillé sur la formation des enseignants et sur la structuration du programme qui doit être adapté à tous les niveaux d’âges », a-t-il précisé.
Au niveau des collèges, l’éducation sexuelle sera une matière à part entière, a ajouté Vasant Bunwaree. Il l’a rappelé une nouvelle fois au cours du lancement de l’atelier pour la validation du Country Report sur le VIH, l’éducation sexuelle et les services de santé reproductive, hier. « Déjà, à partir du deuxième trimestre, cette année, l’éducation sexuelle fait partie des co-curricular activities. »
Le programme pour cette matière est en préparation par le MIE, en collaboration avec le ministère de la Santé et d’autres partenaires. Vasant Bunwaree a insisté sur le fait que l’éducation sexuelle sera introduite comme un « life skill ». Pour cela, il faudra une bonne sensibilisation, notamment à travers les Parents Teachers Associations (PTAs).
Une étude réalisée par le ministère de la Santé auprès des collégiens de 13 à 15 ans en 2011 révélait que 22% (Maurice ) et 29 % (Rodrigues) d’entre eux avaient déjà eu des relations sexuelles. Un grand nombre d’entre eux avouaient avoir eu des rapports non-protégés.