Une quarantaine d’employés de deux entreprises lancées et gérées par feu Alain O’Reilly, Les Copains d’Abord et le Domaine des 7 Vallées, sont dans une situation très critique. En effet, depuis fin novembre, ces « hommes et femmes qui comptent plus d’une trentaine d’années de service n’ont pas été payés et risquent de n’avoir aucun salaire de décembre ni leur boni de fin d’année », explique Lida O’Reilly, ex-épouse d’Alain O’Reilly et représentant d’un des quatre héritiers de ce pionnier du tourisme vert à Maurice. Dans l’entourage du disparu, on pointe du doigt « les trois héritières qui se montrent insensibles à l’égard de ces employés de longue date. »
« C’est une situation totalement injuste envers ces pères et mères de famille qui, de surcroît, ont passé des dizaines d’années au service de ces deux entreprises créées par Alain O’Reilly », estime Lida O’Reilly. À ce manque d’égard, ajoute la styliste, « cette polémique traîne injustement le nom d’Alain O’Reilly, qui est quand même un pionnier du tourisme vert à Maurice et qui a beaucoup contribué dans le développement de son pays, dans la boue. Il ne mérite pas du tout cela alors que cela fait à peine trois mois et demi qu’il a quitté ce monde… »
Affirmant que « Alain O’Reilly peut être taxé de ne pas avoir été un bon homme d’affaires, mais il avait le coeur sur la main et traitait ses employés comme un père… », Mme O’Reilly explique que « depuis que j’ai appris que ces employés risquaient de ne pas être payés, j’ai entamé, personnellement, en tant que représentante d’un des quatre héritiers, des démarches auprès du ministère du Travail. » Dans le même souffle, « des employés lésés sont allés enregistrer une plainte au bureau du Travail, à cet effet. »
Lida O’Reilly précise que « le ministère m’a donné la garantie que quelque chose allait être fait pour que ces employés perçoivent leurs salaires. » Malheureusement, continue-t-elle, « les procédures administratives prennent beaucoup de temps et on m’a laissé comprendre que ce n’est que dans trois semaines, donc, en début d’année, que le nécessaire sera fait… » La styliste souhaite que « dans un élan d’humanisme envers ces pères et mères de familles, en cette période festive, une pression soit faite pour qu’au moins une part des salaires soit versée d’ici la semaine prochaine. Ces familles ont aussi besoin de ces sous pour acheter du matériel scolaire pour leurs enfants ainsi que des produits alimentaires ».
Dans l’entourage de feu Alain O’Reilly, l’on pointe surtout du doigt « les héritières de l’homme d’affaires qui semblent insensibles aux malheurs et souffrances de ces employés. C’est un total manque d’égard et de respect envers ces personnes. » Une somme totale de Rs 1,2 M est requise pour assurer les paiements des salaires de novembre et de décembre ainsi que le boni de fin d’année de ces employés des Copains d’Abord et du Domaine des 7 vallées.