Selon le calendrier liturgique de la religion catholique, la fête de Noël est précédée d’un temps, connu comme l’Avent, qui représente une période où les catholiques se préparent à la naissance de l’enfant Jésus. Dans les églises utilisant le calendrier grégorien, ce temps de l’Avent a débuté au début du mois de décembre. Le mot « Avent » vient du latin « Aventus », qui signifie avènement, employé pour signifier l’arrivée du Messie. Ce temps de l’Avent est composé de deux parties, la première consacrée à se préparer à accueillir la venue du Christ, la deuxième étant la semaine avant la Noël. C’est une période où les catholiques se préparent à cet événement d’une façon qui vise à montrer que la Noël n’est pas qu’une fête commerciale, mais avant tout la célébration de l’arrivée du Sauveur en la personne d’un nouveau né.
C’est devenu une coutume depuis quelques années dans certaines paroisses, d’organiser des spectacles son et lumières autour du thème de la fête de Noël. Une tradition catholique qui entend faire revivre la nuit où des anges ont chanté au-dessus de la crèche pour fêter la naissance de Jésus. La chorale Allegria, qui a été constituée en 2002, a présenté le dimanche 15 un répertoire de chants de Noël intitulé « Joy to the world », au Monastère du Carmel, à Bonne Terre, Vacoas, puis le mardi 17 à l’église Saint Benoît à Tamarin et enfin le vendredi 20 à l’église Saint Paul à Phoenix. Éric Marcellin, le directeur de cette chorale composée d’une trentaine de membres, constate un engouement des fidèles pour les spectacles à caractère religieux. Ecouter les textes religieux des chants aide à mieux vivre sa foi, dit-il. Le chant religieux permet aussi de transmettre les bonnes paroles de l’Évangile, d’apporter joie et réconfort. La chorale Allegria a durant les trois concerts repris des chants de Noël traditionnels.
Monseigneur Ian Ernest, archevêque des diocèses anglicans de l’océan Indien, avait convié, samedi après-midi, les différentes chorales de l’île à un concert religieux. Y ont participé celles de St Philip et St James, de St Paul (Plaine-Verte), St Luc (Souillac), Holy Trinity (Rose-Hill), St Andrew (Quatre-Bornes), St Barnabas (Pamplemousses), St Thomas (Beau-Bassin), St Clément (Curepipe) et St Simon (Tamarin). Ce concert de louanges a été donné sous une bâche dans la cour de la Bishop’s House, à Phoenix, devant une assistance composée de fidèles de l’Église anglicane. Mgr Ian Ernest, qui organise de tel concert depuis son installation comme évêque de Maurice il y a quelques années, voit en Noël est un événement rassembleur. Il remarque que de nombreux jeunes se préparent à cette célébration. « Au-delà ce que vivent les hommes, la fête de Noël rassemble la famille, c’est très bon, mais c’est aussi synonyme de l’intervention de Dieu dans chaque homme. Cette fête fait rappeler aux chrétiens que l’étable qui a accueilli l’enfant Jésus à Bethléem il y a deux mille ans, se trouve aujourd’hui dans le coeur de chaque homme. C’est à lui d’ouvrir son coeur pour accueillir son prochain, et aider à transformer le monde comme Dieu l’a voulu lorsqu’il a envoyé son fils parmi les hommes pour vivre dans un monde de Paix. Le chant des Anges disait “Gloire à Dieu et Paix aux hommes de bonne volonté”. L’archevêque du Nigeria, Mgr Nikols Okah, qui est mon invité, m’a dit qu’il doit circuler avec des gardes du corps dans son pays. Il est exposé au kidnapping, il n’y a pas de sécurité. Nous vivons hélas dans un monde de haine et de violence. Alors que le monde de Dieu est celui où règne la paix et l’espérance, un monde de rassemblement et d’amour ».
Amour et réconciliation
L’église du Sacré-Coeur à Beau-Bassin a accueilli les Pèlerins de la Confiance, dans la soirée du samedi 21, pour un spectacle son et lumières intitulé « Anou mars lor sime zetwal ». Les 75 participants, jeunes et adultes, ont devant une bonne assistance, partagé la vraie signification de la fête de la nativité.
Le curé de la paroisse Notre Dame de Lourdes, à Rose-Hill, le père Gérard Sullivan a organisé son traditionnel concert « Noël sous les étoiles » dimanche soir dans la cour du collège St Mary’s, à Rose-Hill. C’est l’équipe de Godspell qui l’a animé en reprenant des chansons de son dernier spectacle. Le père Sullivan, qui s’est adressé à l’assistance entre les différentes chansons sur le vrai sens de la fête de Noël, a déclaré qu’il a été touché par Nelson Mandela. « Le monde entier a été bouleversé par sa mort. Pourquoi ? Des gens comme lui, qui ont été dans les mêmes conditions que lui, sont sorti de la révoltés, anéantis, mais lui non. Il a cru qu’il était possible de promouvoir des valeurs plus humaines, l’amour le pardon, la réconciliation. Ce n’était pas une stratégie politique de sa part. Il a cru que c’est possible et il en a fait à sa sortie de prison son programme de vie. Tous le monde a reconnu son humilité, il a passé très peu de temps au pouvoir à la tête de son pays. Sa mort a suscité un bouleversement à travers le monde. Dieu a envoyé son fils sur la terre parmi les hommes comme un prophète d’espérance. On peut dire que Nelson Mandela a compris le message, car il a cru et a compris que c’est possible malgré toutes les épreuves qu’il a enduré. Le message de Noël est un message de Paix et d’amour », a conclu le prêtre.