Les participants au Mauritius Internet Governance Forum 2018, en compagnie de (assis, première rangée, de g. à d.) Emilar Gandhi, Public Policy Manager, Facebook, Le Lord Maire, Daniel Laurent, la Vice Première Ministre, Fazila Daureeawoo et Mahendranath Busgopaul, Secretaire-Général de Halley Movement.
« Pour protéger les enfants des dangers qui existent sur Internet, il faut d’abord éduquer les parents, les enfants et les adolescents », a affirmé la ministre du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Fazila Jeewa-Daureeawoo. Cela à l’occasion du lancement du Mauritius Internet Governance Forum 2018. 
Ce forum est organisé par Halley Movement, une coalition d’organisations charitables qui œuvre pour le bien-être des enfants et de la famille à Maurice et dans le sud de l’Afrique. L’évènement a débuté hier et vise à trouver des moyens pour améliorer la protection des enfants et des adolescents en ligne.
Fazila Jeewa-Daureeawoo a parlé de l’importance d’une approche collaborative pour protéger les enfants et les adolescents. Surtout dans un monde où l’accès à l’Internet fait partie de leur quotidien.

« Il faut conscientiser les parents, les enfants et les adolescents sur les dangers qui existent sur Internet. Ils ne pourront pas se protéger s’ils n’arrivent pas à identifier les risques potentiels », a expliqué la vice-Première ministre.

Cette dernière travaille actuellement sur le Children’s Bill, qui couvrira aussi la question de protection des enfants par rapport aux dangers liés à l’Internet.
Le forum se concentre, entre autres, sur le rôle des jeunes, et comment ces derniers peuvent s’engager dans cette cause. Une deuxième journée de discussions aura lieu ce vendredi.
Parmi les participants on retrouve des représentants internationaux, notamment de Facebook, UNICEF, ECPAT International, China Coalition of NGOs, Good Deeds Day et Afrinic.
Emilar Gandhi, Public Policy Manager à Facebook, a, de son coté, mis l’accent sur l’importance de la collaboration et du “feedback” pour améliorer les réseaux sociaux. Et ainsi mieux protéger les enfants.