À quand un usage accru des énergies propres et renouvelables ? C’est une problématique qui semble beaucoup intéresser les uns et les autres, n’est-ce pas ? La jeunesse saura apprécier l’intérêt porté à l’avenir. Faut du concret et du durable, camarades !

L’excellent Navin s’amusait d’une débandade causée par sa seule présence à un viril match de boxe. Après un moment est arrivé dans le gymnase le grand Pravind, flanqué de supporters, dont une Madam quasi captivée par l’aura rayonnant du “Roi Lion”. Les faits furent relatés dans un grand sourire satisfait de gentleman charmeur.

Et lorsqu’une journaliste avait demandé le thème du discours (c’était avant le coup d’envoi des congrès), la réponse fut presque moqueuse. Rien de vraiment nouveau sous le soleil, hormis des critiques crétines. Ces politiques manquent de distinction par moments. Entre “Macarena” et “l’imposte”, on ne sort pas du caniveau. On dirait fort des stand-uppers. Bienvenue au Politics’ Comedy Club !

Reconnaissons-leur une certaine maîtrise. Si ces messieurs cherchaient à se reconvertir, les spotlights du stand-up n’attendraient plus qu’eux pour briller de mille feux sur scène. Ne reniez pas l’artiste en vous, camarades ! Changez de scène et laissez libre cours aux talents de grand comique qui vous habitent.

Ce serait une reconversion dont on vous saurait gré. Votre expertise pourrait servir à dénoncer moult entourloupes. Nos honorables ont toujours des histoires à pisser de rire à conter aux spectateurs. Ne passez pas à côté d’une probable grande vocation. Ce serait bien désolant pour votre public.

Il est cependant de respectables politiques (des “raretés rares”) qui ont à cœur l’intérêt supérieur de la nation; et aussi des dépositaires d’une vision étriquée. Tous ne sont pas des pourris ou des enflures. Néanmoins, à qui voudriez-vous confier l’avenir de vos enfants ? Posez-vous la question avant de remplir votre bulletin de vote.

L’avenir de demain ne peut être placé entre les mains de gens qui privilégient leur propre intérêt et celui de membres de leur famille au détriment de vos gamins. Qui sont ceux qui n’ont jamais cédé à cette tentation ? Ceci n’est évidemment que l’humble avis d’une petite journaliste trop idéaliste, sinon désabusée.

Pendant ce temps, des cadors commencent à dévoiler leur artillerie de séduction massive pour plaire, et vous nourrir de promesses et d’illusions. Ayons la foi, chers compatriotes, car nous n’avons qu’elle pour porter nos grandes espérances.

Entre-temps, ce sera toujours un camarade vaish qui sera au pouvoir. C’est une réalité sociale qui transcende les programmes électoraux et autres projets de société. On dit que la jeunesse est porteuse d’espoir. Permettez-moi d’en douter. Nous sommes Mauriciens seulement lorsque nous sommes confrontés à un danger ou à d’autres peuples.

N’oublions pas que les couleurs de notre drapeau sont l’illustration de notre division. L’amour des uns pour les autres nous sauvera peut-être, mais ce jour n’est pas près de poindre. Des enfants sont nés du mélange, mais cela ne suffit pas à créer une nation unie. Sak zako protez so montagn. Ce n’est pas un couillon qui a formulé cet adage issu de la sagesse populaire.

Jusqu’à quand cautionnerons-nous avec résignation ces puissants qui nous prennent pour une bande d’idiots qui se laissent berner par des trucs et des discours destinés à faire sensation ? Mieux vaut en rire pour ne pas pleurer de désespoir noir d’une foule solitaire en souffrance.