Photo illustration

La prochaine visite du pape François le 9 septembre et les prochains Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) du 19 au 28 juillet pourraient se présenter comme une bouée de sauvetage pour doper les chiffres des arrivées de touristes cette année. Pour les quatre premiers mois de cette année, le chiffre n’a guère progressé par rapport à l’année dernière.

En effet, 460 870 touristes ont débarqué à Maurice, contre 461 382 en 2018. C’est ce que révèlent les données de Statistics Mauritius publiées hier. Par contre, le gouvernement ne s’appuie que sur le chiffre du mois d’avril, qui a progressé de 3,4% pour atteindre 108 565, contre 104 967 en avril de l’année dernière. Il met en avant les progressions de 120,9% du marché saoudien, de 90,4% des Émirats arabes unis et de 21,2% de La Réunion.

Pour ce mois d’avril avec un Late Easter, le marché britannique a progressé de 7,3%, celui d’Italie de 15,1% ou d’Allemagne de 9,6%. Par contre, le marché porteur de la France a régressé de 0,9% pour la période de janvier à avril de cette année. Un détail oublié dans le communiqué du Conseil des ministres de vendredi. Au seul titre du décompte des passagers étrangers, débarquant au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, les Jeux des îles de l’océan Indien constituent un atout, même si les répercussions sur le chiffre des affaires des hôtels pourraient s’avérer minimes.

De son côté, et pour les JIOI et pour la visite du pape, la compagnie aérienne nationale Air Mauritius s’apprête à revoir tout son planning de rotation d’avions pour le mois de juillet et pour le début de septembre de cette année. Toutefois, pour les deux événements, c’est le trafic aérien interîles qui devrait en profiter. D’ailleurs, la pression sur le nombre de sièges d’avion et des réservations se fait déjà sentir, notamment pour la visite du pape, venant de Rodrigues, de La Réunion et des Seychelles principalement.