Que de choses se sont passées depuis ma « Lettre Ouverte à Paul Bérenger » du 22 avril 2014 dans laquelle je le désavouais totalement !  Les plus excitantes de ces choses pour moi, ont été le nombre de questionnements de la part de tant de Mauriciens et l’émergence des nombreux petits partis qui veulent faire de la politique ‘autrement’.  
Maintenant que les élections sont fixées au 10 décembre, nous faisons face au grand danger d’éparpillement des votes de ceux qui veulent dire NON à Navin Ramgoolam, à Paul Bérenger, à la dynastie Jugnauth et celle des Duval.  Et c’est dans ce contexte que je repense au jugement mythique du Roi Salomon.  
Le roi Salomon fut confronté à deux femmes qui dormaient côte à côte par terre et qui avaient chacune un nourrisson.  L’une, en se retournant, avait écrasé son bébé et l’avait tué et elle réclamait le bébé de l’autre en disant que c’était le sien.  Comme les deux mères réclamaient le bébé survivant et ne voulaient pas en démordre, le roi demanda à un de ses gardes de lui passer son épée pour qu’il puisse couper le bébé en deux et donner à chaque femme la moitié du bébé.  Une des deux femmes dit : ‘Allez-y, coupez le en deux’ alors que l’autre dit ‘’Non.  Donnez-le à l’autre ; laissez-le vivre, ne le tuez surtout pas’’.  Et Salomon, dans sa sagesse donna le bébé à celle qui lui avait dit de le donner à l’autre maman, parce que pensa-t-il, une authentique maman préfère donner son bébé à autrui plutôt que de le voir mort.   
Eh bien, pour moi, le bébé vivant, c’est la possibilité de remporter des sièges à l’Assemblée Nationale.  Les deux mamans sont tous les petits partis qui se sont formés depuis peu et qui ambitionnent de mettre des candidats dans les circonscriptions.  Et le sage roi Salomon, c’est nous, les Mauriciens, qui devront décider à qui donner notre vote.  Et c’est là que je fais appel aux dirigeants de ces nouveaux partis.  Ne coupez pas le bébé en morceaux pour essayer d’avoir votre ‘bout’.  Ayez l’amour de la vraie maman pour ce bébé qui n’est même pas encore né.
Dans ce contexte, j’ai suivi le cheminement du ‘Mouvement Large’ qui regroupe déjà de nombreux collectifs qui ont tous gardé leurs identités propres, leurs idéologies et leurs programmes et les ajoutent à ceux des autres collectifs formant le ‘Muvmanlarz’.  Leur dénominateur commun est de barrer la route aux vieux dinosaures politiques travaillistes et MMM d’une part, et aux dynasties MSM et PMSD d’autre part.  Ils voudraient faire une simple plate-forme commune avec tous les ‘autrement’…  Je ne peux que plaider avec les autres partis émergents pour que tous se réunissent sous la bannière commune du ‘Muvmanlarz’, tout en gardant leur indépendance et qu’à part les candidats des grands partis cités plus haut, il n’y ait au total que 60 candidats issus de tous les autres partis.  A ce sujet, je salue  ‘Rezistans ek Alternativ’ qui a la modestie et le respect des autres en mettant seulement un candidat par circonscription alors qu’ils existent depuis longtemps et ont fait des actions politiques concrètes et spectaculaires.  Je demeure très perplexe devant d’autres qui viennent de former leurs partis, mais qui ont la prétention de mettre ou de demander 30 ou 40 candidats.  Œuvrent-ils pour le bien du pays ou encore une fois pour leurs intérêts personnels ?  Quelle est la taille de leurs ego et ont-ils les pieds sur la terre de Maurice ?  Veulent-ils vraiment faire de la politique ‘autrement’ ou se substituer aux vieux partis ?  Et enfin, connaissent-ils la fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf ?
A bons entendeurs, salut.